Objectif lune pour Toyota

Publié le par

Le sol lunaire a été foulé pour la première fois par l’homme le 21 juillet en 1969, en la personne de Neil Armstrong.

Objectif lune pour Toyota

C’était un secret bien gardé. Le constructeur japonais et l’agence nippone JAXA ont annoncé un éventuel partenariat dans le domaine de l’exploration spatiale internationale. Les deux sociétés préfèrent toutefois garder une certaine réserve en précisant « qu’ils vont étudier la possibilité d’une collaboration ».

L’étude en cours, menée depuis mai 2018, consisterait à développer un véhicule habité et pressurisé. D’une hauteur de deux minibus (6 m de long, 5,2 m de large et 3,8 m de haut), l’engin pourrait accueillir deux personnes, voire quatre en cas d’urgence, et offrirait un espace habitable de 13 m2. « Tel qu’il est envisagé, ce véhicule serait doté d’un habitacle hermétique dont le volume et les fonctions permettraient à des astronautes de séjourner un certain temps sans combinaison spatiale, d’y entrer et d’en sortir en portant une combinaison et d’assurer des déplacements non polluants sur le sol lunaire ou d’une planète selon différents modes (pilotage par un astronaute, à distance ou autonome) », précisent les deux sociétés.

Pour répondre à une problématique environnementale, l’engin sera entraîné par un moteur électrique à pile à combustible hydrogène favorisant une autonomie totale supérieure à 10 000 km. Pour beaucoup d’ingénieurs engagés sur ce projet, les piles à combustibles représentent une technologie indispensable à l’électrification : « Les piles à combustible, qui produisent une électricité propre, ne rejettent que de l’eau. Et du fait de leur densité énergétique élevée, elles peuvent fournir beaucoup d’énergie ». Cette technologie présente également un atout écologique, nécessaire à la préservation de l’espace lunaire : « Grâce à un filtre, les véhicules électriques à pile à combustible réduisent la quantité de matières particulaires contenues dans l’air prélevé, puis envoient cet air épuré vers les batteries en ne rejetant que de l’eau et l’excédent d’air ». Cependant, lors de sa conception, les ingénieurs devront prendre en compte plusieurs facteurs importants : sur la Lune, la gravité est six fois plus faible que sur Terre, son terrain accidenté se compose de cratères, de falaises et de collines. Enfin, elle est exposée à des rayonnements et à des températures bien plus sévères. L’agence JAXA et Toyota envisagent de lancer ce robot dans l’espace en 2029.

En partenariat avec le En partenariat avec CNPA
A la une
La quotidienne Auto-infos