Ou la distribution automobile trouvera-t-elle demain ses ressources en main d’œuvre ?

Publié le par

Ou la distribution automobile trouvera-t-elle demain ses ressources en main d’œuvre ?

La question se pose toujours dans les métiers sensibles du secteur, les spécificités techniques de la profession génèrent de tels besoins que beaucoup de salariés d’autres activités ou de demandeurs d’emploi soucieux de rebondir professionnellement s’orientent vers la formation continue pour trouver une nouvelle employabilité. Mais certaines expériences récentes montreraient que ces salariés expérimentés dans d’autres métiers ont parfois plus de difficultés que leurs cadets à adopter les codes, les techniques et les usages de leur nouvelle profession si bien que l’alternance garde sa position parmi les outils utilisés pour lutter contre la pénurie de talent.

Aujourd’hui, tous s’accordent à dire que les jeunes diplômés par alternance sont plus rapidement opérationnels et plus personne ne conteste l’extraordinaire opportunité de fidéliser des nouveaux collaborateurs, développer des talents et préparer le renouveau de l’entreprise de demain. L’alternance ne se limitant pas aux seuls CQP de conseiller commercial ou aux formations de Technicien (TEEA), il semble opportun de souligner qu’elle concerne aussi beaucoup d’autres formations à différents niveaux de diplômes du BTS au Master tant nous sommes nous-mêmes sollicités par des candidats de tous horizons prêts à tenter une carrière dans le secteur automobile sous réserve d’être pris en charge.

Ces candidats que nous rencontrons, pourraient pour certains au moins être très utiles aux distributeurs en mutation et représenter à moindre cout une solution pour répondre par des profils adaptables à des besoins en constante évolution. Pour l’entreprise comme pour le stagiaire il s’agit alors d’un engagement dans la durée pour viser l’embauche en CDI à la fin du contrat. Ces jeunes trouveraient bien sur quoiqu’il arrive un emploi stable à plus ou moins long terme sans notre mobilisation mais au-delà de la responsabilité sociétale de l’employeur, les stages et l’alternance pensés comme de vraies expériences d’apprentissage sont un des meilleurs moyens de donner le goût de l’entreprise à de nouveaux entrants pour les attirer dans une activité qui a besoin de rajeunir.

Pour intégrer ces jeunes et les fidéliser, il est important de mettre en place des moyens pour les accueillir comme par exemple instaurer des rituels d’arrivée, la mise en place de parcours d’intégration et de formation interne. Ces jeunes collaborateurs de leur propre aveu aimeraient bénéficier pendant la durée de ce parcours d’un tutorat de la part de leur encadrement et des ressources humaines pour comprendre l’expertise du métier et également les valeurs et les rites de l’entreprise.

Pour l’entreprise l’objectif de ce temps investit serait de pouvoir compter sur des collaborateurs qualifiés, mieux expérimentés et plus crédibles capable d’atteindre plus rapidement une meilleure performance et de bénéficier de futurs cadres formés, capable d’être porteurs de projets d’envergures. Les jeunes pourront alors s’appuyer sur un système construit avec l’entreprise, fondé sur les attentes de chacun à court et moyen terme.

Cette jeunesse est considérée comme précieuse dans beaucoup d’autre secteur d’activité car elle apporte un regard neuf et impulse un nouveau dynamisme dans les équipes. La performance économique d’une entreprise est indissociable de la vision des jeunes puisque c’est eux qui, demain, en prendront le relai.

En partenariat avec le En partenariat avec CNPA
A la une
La quotidienne Auto-infos