Prime à la conversion : Barbara Pompili veut stopper le diesel

Publié le par

Barbara Pompili n’a cessé de clamer, depuis son entrée au gouvernement, la nécessité d’exclure les véhicules diesel du dispositif de la prime à la conversion.

© Pixabay
© Pixabay

Alors que l’arbitrage ministériel sur l’éventuelle mise en place d’un malus au poids du véhicule n’a pas été rendu, Barbara Pompili, ministre de la Transition écologique, veut stopper l’éligibilité des véhicules diesel pour la prime à la conversion.

« Je m’y étais engagée : à compter du 1er janvier 2021, la prime à la conversion sera réservée aux véhicules les moins polluants et ne concernera plus les modèles diesel C’est une question de cohérence de notre politique de lutte contre la pollution de l’air », a-t-elle déclaré le 12 octobre 2020 sur son compte twitter.

Le déni des performances du diesel

« Les débats risquent d’être électriques... et c’est dommage, lui a répondu Xavier Horent, délégué général du CNPA. L’État devrait rester à égale distance des différentes solutions technologiques en favorisant leur combinaison – sans oublier le coût public de chacune. Le déni sur les performances du diesel récent est pathologique du manichéisme dont il faudrait sortir sur la base d’une étude scientifique solide et partagée ». Et d’ajouter : « C’est une garantie de cohérence. C’est une question de responsabilité à l’égard des entreprises et des salariés concernés, ainsi que des Français dont le parc est très majoritairement thermique ».

Tandis que de nouvelles mesures de restriction se profilent dans le cadre de la crise sanitaire liée au Covid-19, le gouvernement ne pourra toutefois pas se permettre d’affaiblir encore un peu plus une filière automobile qui souffre comme d’autres pans de l’économie.

Voir aussi :

En partenariat avec le En partenariat avec CNPA
A la une
La quotidienne Auto-infos