PLF 2019 : sursis d’un an sur la fiscalité des pick-up

Publié le par

Finalement, les pick-up double cabine ne devraient pas être concernés par le malus et la TVS en 2019.

PLF 2019 : sursis d'un an sur la fiscalité des pick-up

En votant dans la nuit du 22 au 23 octobre dernier, l’arrêt de la niche fiscale concernant le pick-up dans le cadre du projet de loi de finances 2019, les députés avaient très certainement mis un coup d’arrêt au développement de cette carrosserie en France.

Pourtant, la commission des finances de l’Assemblée nationale a adopté un amendement, le 14 décembre dernier, rédigé par Émilie Bonnivard. Cet amendement repousserait au 1er janvier 2020 la fin de l’exonération du pick-up au niveau du malus et de la TVS. Il convient de souligner que le pick-up à simple cabine, considéré comme un utilitaire, restera exonéré fiscalement.

Un vote en seconde lecture à venir

Il faudra attendre le vote en seconde lecture du Parlement et du Sénat pour savoir si cette disposition qui sauverait le marché du pick-up d’une petite année sera effective ou non. Ce recul sur la taxation de cette carrosserie est très certainement un nouvel effet « gilets jaunes » qui tend à détricoter l’ensemble des mesures prises autour de l’industrie automobile depuis quelques mois.

Rappelons que le marché du pick-up représentait en France un peu plus de 20 000 unités en 2017, soit une part de marché de 0,8 %. Ce marché en pleine croissance risque de subir les contrecoups de la suppression de cette niche fiscale. Autrefois réservé aux constructeurs japonais, le pick-up s’était progressivement développé avec l’arrivée de Volkswagen (Amarok), Fiat (Fullback), Ford (Ranger) ou encore Mercedes (Classe X) et Renault (Alaskan). Un marché dominé en 2017 par le Ford Ranger devant le Toyota Hilux et le NP300 de Nissan.

Mots clefs associés à cet article : CO2

Voir aussi :

En partenariat avec le En partenariat avec CNPA
A la une
La quotidienne Auto-infos