PSA Retail fait le point sur ses plateformes PR

Publié le par

La filiale de distribution du constructeur vient de lancer sa douzième plateforme de pièces de rechange française dans les murs de l’usine PSA de Rennes. L’occasion de revenir sur le déploiement de son réseau en France et en Europe.

PSA Retail fait le point sur ses plateformes PR

PSA Retail devrait être prêt dès le mois de juin pour assurer la commercialisation de toutes les gammes de pièces du constructeur. La filiale vient de démarrer l’activité de sa douzième plaque dans l’Hexagone avec le lancement de la plateforme de Rennes. Cette dernière a la particularité d’être implantée au sein de l’usine PSA de Rennes. Un projet mis en route dans le cadre de la revitalisation du site industriel. Le bâtiment de 7 300 m2 complète le centre logistique déjà en fonction à Nantes. « Nous avions besoin d’améliorer notre service auprès des clients situés sur la zone de Rennes », explique Jean-Baptiste Choupot, directeur pièces de rechange de PSA Retail. « Nous avons longtemps réfléchi à toutes les solutions possibles et nous avons même discuté avec le groupe Gemy », poursuit-il. En effet, le groupe de distribution dispose déjà d’une plateforme de pièces à quelques kilomètres de Rennes. « Cela ne s’est pas fait mais nous avons conservé de bonnes relations avec le groupe, qui fait du très bon travail sur la région » remarque Jean-Baptiste Choupot.

Les deux plaques de Nantes et Rennes représentent un chiffre d’affaires annuel de 76,6 millions d’euros dont 30 millions d’euros pour le récent établissement de Rennes. Ce dernier compte un portefeuille de 450 clients réguliers dont 54 agents des marques du groupe. Sur Nantes, le chiffre d’affaires atteint 46,6 millions d’euros, réalisé auprès de 700 clients réguliers dont 71 agents. L’objectif de croissance pour l’ensemble se situe à 13 % pour cette année, avec une priorité donnée aux professionnels indépendants grâce à l’arrivée des gammes multimarques d’équipementiers (dont Valeo et Bosch).

Le point en France et en Europe

L’offensive de PSA en matière de distribution de pièces de rechange passe non seulement par PSA Retail mais aussi par les distributeurs privés. Si certains sont déjà en fonction depuis de longues années, d’autres ont lancé des projets qui sont souvent au stade de la construction. Sur certaines zones géographiques, la concurrence devrait être rude entre PSA Retail et plusieurs investisseurs privés. Le cas devrait se présenter notamment en Bretagne mais aussi en région parisienne, en Alsace, autour de Lyon et dans le Sud-Est. « Il risque d’y avoir quelques frottements mais c’est le jeu de la concurrence » commente le directeur. Cependant, Jean-Baptiste Choupot rappelle que PSA et PSA Retail ne souhaitent pas conquérir des parts de marché en cassant les prix mais en bâtissant la meilleure offre globale de pièces et de services. « Nous voulons être dans les tarifs du marché mais nous ne nous interdisons pas d’être innovants en matière de services », souligne le directeur.

La filiale serait en phase de réflexion sur cet aspect mais la force de frappe constituée par le réseau européen de plateformes implantées en Europe donne également des idées. « Notre dispositif de 35 plaques sur neuf pays a de la valeur et nous pourrions proposer cet outil, prioritairement dans le domaine de la pièce de rechange et de l’automobile mais nous pourrions nous ouvrir à d’autres domaines », ajoute Jean-Baptiste Choupot. Un rôle de logisticien qui pourrait contribuer à l’amortissement du coût des structures, tout en servant à des acteurs qui ne disposent pas d’un tel réseau. En effet, après Madrid, Marseille, Nice, Toulouse et Lisbonne en 2016, les centres logistiques d’Amsterdam, Valence, Rennes, Vigo, Zwolle, Séville, Barcelone, Oosterhout, Lausanne, Bruxelles et Saragosse ont débuté leur activité depuis le début de l’année. Entre les mois de mai et octobre, Milan, Grenade, Valladolid, Rome, Palma, Mayence, Yerville et Obernai seront lancés. Seule la Grande-Bretagne nécessitera un redéploiement des plateformes en place, dont le nombre sera réduit au profit d’un agrandissement des établissements conservés. L’ensemble devrait permettre à PSA Retail d’atteindre un chiffre d’affaires en pièce de rechange de 2 milliards d’euros d’ici à 2020, contre 1,2 milliard d’euros en 2016.

En partenariat avec le En partenariat avec CNPA
A la une
La quotidienne Auto-infos