PSA et Total lancent Automotive Cells Company

Publié le par

PSA et Total ont fondé la co-entreprise Automotive Cells Company pour produire en France et en Allemagne des batteries dès 2023.

© PSA/TOTAL/SAFT/ACC
© PSA/TOTAL/SAFT/ACC

Le projet n’est pas nouveau mais il se concrétise avec la création de la co-entreprise Automotive Cells Company (ACC). Cette nouvelle firme réunit PSA et Total, avec le soutien des autorités françaises et allemandes, ainsi que l’aide de l’Union européenne. L’objectif consiste à créer un acteur de dimension internationale dans le domaine de la conception et de la fabrication de batteries destinées aux véhicules terrestres. Un domaine stratégique pour les années à venir et jusqu’à aujourd’hui entre les mains de quelques firmes, pour la plupart asiatiques et américaines. Sur un montant total de 5 milliards d’euros, ce projet est financé pour 1,3 milliard d’euros par des fonds publics français et allemands.

Deux usines

La direction générale de cette nouvelle entreprise a été confiée à Yann Vincent, qui exerçait jusqu’à présent au sein de PSA en tant que directeur industriel. Détenteur d’une solide expérience, ce dernier a donc laissé sa place à Arnaud Deboeuf au sein du constructeur, pour prendre en main cette aventure industrielle naissante. En effet, PSA constitue non seulement le premier client de cette future société mais le groupe apporte également son savoir-faire industriel en matière de fabrication en grande série. De son côté, Total fournit l’expertise de sa filiale Saft dans le domaine de la conception de batterie et de leur industrialisation. La première étape concrète de ce projet est le site de R&D installé à Bordeaux et le site pilote implanté à Nersac (Charente). Dans un deuxième temps, la production en série se déroulera dans deux GigaFactories qui verront le jour à Douvrin (Pas-de-Calais) et Kaiserslautern (Allemagne). Ces deux sites devraient être opérationnels en 2023, avec une capacité globale de fabrication de 8 GWh, avant d’atteindre 48 GWh à l’horizon 2030. Ce total permettrait de motoriser un million de véhicules électriques par an, soit plus de 10 % du marché européen estimé.

Voir aussi :

En partenariat avec le En partenariat avec CNPA
A la une
La quotidienne Auto-infos