PSA ne va pas remplacer les Peugeot 108 et Citroën C1

Publié le par

Faute de trouver la clé de la rentabilité du segment A, PSA ne va pas renouveler les modèles Peugeot 108 et Citroën C1, ce qui remet naturellement en question le partenariat dédié avec Toyota, le dossier de l’usine de Kolin ayant lui été déjà réglé. Reste à savoir quelle alternative va choisir PSA ?

© DR / Peugeot
© DR / Peugeot

« PSA a décidé de ne pas remplacer les deux petites citadines Peugeot et Citroën qu’il produit avec Toyota dans le cadre du virage stratégique qui s’annonce sur ce segment ultra-concurrentiel », rapporte Reuters en évoquant des sources proches du dossier, avant d’enfoncer le clou : « PSA sort à la fois de l’usine de Kolin, en République tchèque, et du business du segment A, tel qu’il est proposé aujourd’hui et sur lequel les constructeurs ont sans doute perdu le plus d’argent en Europe ».

Un segment A à la dérive

En quelques années, le segment A a complètement perdu pied en Europe, passant de plus de 10 % des ventes totales de VN en 2010 à moins de 7 % en 2019, selon les données d’IHS Markit. En cause, une habitabilité réduite et des coûts élevés, s’expliquant notamment par le durcissement des normes de sécurité. L’exemple de Smart, y compris 100 % électrique, est à cet égard emblématique. Dès lors, ce qui pouvait pourtant s’apparenter comme un véhicule urbain moderne par excellence (faible consommation, empreinte au sol réduite, possibilité d’usages partagés…) n’avait plus aucune chance de faire recette. D’ailleurs, dans le même temps, le segment B maintenait sa part de marché autour de 30 %.

Le projet de fusion avec FCA rebat les cartes

Le groupe, dirigé par Carlos Tavares, suit une logique de rentabilité et avait déjà supprimé du catalogue deux petits modèles Opel jugés pas assez rentables, l’Adam et la Karl, peu après le rachat par PSA de la marque allemande. Un porte-parole de PSA a refusé de commenter cette information, tout en indiquant que « le groupe a une réflexion générale sur la meilleure offre possible pour répondre aux attentes des clients du segment A ».
Pour combler le vide que laissera le tandem 108/C1, plusieurs options sont à l’étude, et le projet de fusion avec FCA est venu en cours de route élargir le champ des possibles, ajoutent deux sources proches du dossier. « Le rapprochement entre PSA et FCA est en train de rebattre toutes les cartes, surtout quand on pense que le segment A, du pot de yaourt de la première 500 à la Panda, est indissociable de l’histoire de la marque Fiat », souligne une autre source. Le segment A ne sera vraisemblablement pas occupé par toutes les marques généralistes de l’ensemble Stellantis.

(avec Reuters)

Voir aussi :

En partenariat avec le En partenariat avec CNPA
A la une
La quotidienne Auto-infos