Paris et Renault : nouveau couple de la mobilité

Publié le par

Aujourd’hui, mercredi 4 juillet, Anne Hidalgo, maire de Paris, et le groupe Renault, représenté par Thierry Bolloré, ont présenté leur projet de mobilité électrique urbaine. Une union qui officialise l’après Autolib’.

Paris et Renault : nouveau couple de la mobilité

« C’est une alliance historique » a martelé ce matin la maire de Paris, Anne Hidalgo, aux côtés de Thierry Bolloré, directeur général adjoint du groupe Renault. Lors d’une conférence de presse, l’élue a exposé la nouvelle « alliance entre Paris, et le plus grand groupe mondial dans la construction automobile (Renault) », tous deux mobilisés en faveur de la mobilité électrique urbaine. « Paris a été pionnière des pratiques de mobilités partagées, tout comme l’est Renault en matière de mobilité électrique », a poursuivi Thierry Bolloré.

Anne Hidalgo n’a pas souhaité revenir « sur les difficultés rencontrées par Autolib’ », préférant « inventer ce qui vient après, et l’inventer rapidement et avec des collaborations ». Le fruit de ce partenariat avec Renault verra le jour à partir de septembre 2018, puisqu’une nouvelle offre de mobilité électrique sera proposée aux Parisiens et Franciliens. Une offre similaire à Zity, une plateforme de location partagée lancée à Madrid en novembre 2017. Toute la gamme des véhicules électriques sera disponible – Zoé, Twizy, Kangoo ou encore Master Z.E – afin de s’adapter aux besoins des usagers. Contrairement au service Autolib’, ces derniers n’auront pas nécessairement besoin de souscrire à un abonnement. Les coûts d’utilisation n’ont pas encore été révélés. À titre d’information, la location d’un véhicule via l’application Zity s’élève à 26 centimes par minute ou 66 euros la journée.

Une offre déjà existante en Espagne

Grâce à une navigation et à une plateforme digitale, les utilisateurs pourront anticiper les places de stationnement disponibles, emplacements d’auto-partage et places ordinaires compris. À la question : « Qui paiera les amendes si les voitures sont garées sur des emplacements réservés aux livraisons, par exemple ? ». Thierry Bolloré élude la réponse. En termes d’autonomie, le directeur général adjoint du groupe Renault s’appuie sur les résultats espagnols : « Généralement, la recharge du véhicule la nuit est suffisante pour satisfaire la succession des trajets de chaque client ». Contrairement aux véhicules d’Autolib’, souvent jugés mal entretenus, Thierry Bolloré assure qu’une armée d’agents nettoieront les voitures la nuit et les déplaceront si nécessaire. « Nous constatons très peu de dégâts à Madrid ». Face à la nécessité d’une main-d’œuvre conséquente, le dirigeant n’exclut pas une campagne de recrutements à venir.

Courant juillet, une démonstration de toutes les offres de mobilité sera proposée aux Parisiens par la ville. Avec ce nouveau partenariat – qui n’est pas exclusif comme a tenu à le souligner Anne Hidalgo – la maire de Paris évoque à terme, la possibilité d’utiliser la carte Navigo pour les transports, mais aussi pour les services d’auto-partage. Paris et Renault espèrent que cette alliance servira d’exemple à d’autres métropoles sur le territoire français comme à l’échelle internationale.

Voir aussi :

En partenariat avec le En partenariat avec CNPA
A la une
La quotidienne Auto-infos