Partakus s’attaque aux marketplaces de la pièce

Publié le par

Partakus dont l’actionnaire de référence est Renault, propose aux réparateurs et distributeurs une marketplace au contenu très large. Avec l’objectif de s’imposer comme une place de marché incontournable.

Crédit photo : Partakus
Crédit photo : Partakus

Pour ses fondateurs Julien Dubois et Jean-Michel Guarneri, Partakus doit s’imposer comme la place de marché B to B de la pièce de rechange avant que des acteurs internationaux comme Amazon ne confisquent ce secteur aux spécialistes en place. « Le nom de Partakus fait non seulement référence à « part » mais surtout au gladiateur qui s’est rebellé contre un empire » souligne sans détours Julien Dubois, président de Partakus. Pour la jeune société, l’ennemi prend la forme des grandes places de marché qui s’imposent progressivement sur tous les marchés. « Amazon commence à travailler avec des distributeurs, qui sont souvent de grands acteurs étrangers. Dans un deuxième temps, Amazon voit ce qui se vend et va se fournir directement chez les équipementiers. Enfin, il fonde sa MDD en s’approvisionnant en Asie. Il s’agit d’un modèle économique basé uniquement sur le prix » précise le dirigeant. Les ventes de ces acteurs se concentrent souvent sur des familles à forte rotation, mais ces pertes « fragilisent les distributeurs traditionnels et représentent un danger pour l’ensemble de la filière » poursuit-il. Le modèle de Partakus repose au contraire sur les distributeurs traditionnels, et plus particulièrement sur les structures indépendantes bien implantées localement. « Nous voulons couvrir toute la France en rassemblant des acteurs indépendants, qui sont souvent de petites structures mais qui offrent souvent le meilleur service aux réparateurs » explique Julien Dubois.

Offre large

Le principe de Partakus repose sur l’offre la plus large possible pour un réparateur, de la pièce d’origine à la pièce équipementier en passant par la pièce de réemploi, l’échange standard, l’échange réparation, l’outillage et le matériel de garage. Le portail est gratuit pour les réparateurs mais payant pour les distributeurs, sous la forme d’un pourcentage sur le montant de chaque panier vendu (5 %, variable selon les produits). « Nous avons tout intérêt à ce que les distributeurs vendent grâce à nous et que les prix ne soient pas tirés à la baisse » remarque Julien Dubois. Pour faciliter le travail des réparateurs et des distributeurs, la firme a mis en place une plateforme informatique intuitive et rapide, raccordable aisément aux ERP des distributeurs. Le stock affiché sur Partakus est donc en temps réel, avec le tarif et le taux de remise proposés. Une application mobile permet de compléter le service, en facilitant la commande à partir d’une référence de pièce. Cette place de marché est non seulement ouverte aux distributeurs indépendants mais elle accueille également des concessionnaires.

Booster les ventes pros des concessionnaires

La largeur de l’offre souhaitée par Partakus passe par la pièce d’origine. Pour y parvenir, la firme souhaite accueillir des concessionnaires. « Certains ont bien compris l’intérêt de développer les ventes aux autres professionnels et nous pouvons les aider sur ce point » affirme Julien Dubois. Des distributeurs Ford, Nissan et Volkswagen sont déjà présents et d’autres devraient rejoindre le portail. Renault, actionnaire de Partakus, ne figure pas encore parmi les marques présentes, mais Exadis est l’un des distributeurs inscrits sur le site. Avec des acteurs comme APPRO, ID Rechange, Copadex ou Opisto, Partakus veut constituer une offre large, avec un panel de spécialistes et d’indépendants dynamiques. De quoi secouer un marché dont les lignes ne cessent de bouger depuis quelques années. Une initiative qui ne sera peut-être pas du goût des grands groupements de la pièce de rechange et de Distrigo.

Voir aussi :

En partenariat avec le En partenariat avec CNPA
A la une
La quotidienne Auto-infos