Paru Vendu fait l’objet d’une demande de mise sous redressement judiciaire

Publié le par

Paru Vendu fait l'objet d'une demande de mise sous redressement judiciaire

Le groupe Hersant Média, propriétaire de la Comareg, spécialiste de la presse gratuite d’annonces éditeur de Paru Vendu a indiqué avoir l’intention de déposer, le 26 novembre, une demande d’ouverture de redressement judiciaire pour la Comareg et ses filiales Comareg Bretagne et SEJGA ainsi qu’une mise sous sauvegarde pour Hebdoprint. "L’objectif est de présenter un plan de relance de l’activité de façon pérenne", précise Gaëtan Commault, porte-parole de la direction. L’administrateur judiciaire sera nommé le 30 novembre. "Nous ne pouvons en dire plus aujourd’hui car nous ne pouvons préjuger de ce que le tribunal de commerce de Lyon décidera. Une chose est sûre : nous ne sommes pas dans le cas d’une liquidation. Nous menons des réflexions sur de nouveaux axes et de nouvelles offres", nous a t-il confié ce matin (23 novembre)

200 millions d’euros d’endettement

Confronté à la concurrence des sites Internet d’annonces, le généraliste de la petite annonce semble de ne pas avoir complètement réussi son pari de couplage gagnant papier+Web. Son concurrent et référent dans le milieu, Spir Communication, éditeur de la Centrale, s’était séparé,en juillet 2009, de sa version papier et vient de céder ses parts dans le site leboncoin.fr à l’éditeur Schibsted avec lequel il était jusqu’ici associé. "Sur cette somme, 60 millions ont permis à Spir d’acquérir les sites d’annonces Lacentrale.fr et Caradisiac.com. Le reste a servi à financer les plans de restructuration", indique le quotidien le Monde. Après l’explosion des offres et des sites dans ce domaine, l’heure est à la concentration et à des organisations stratégiques sur la Toile. En témoigne le rachat de mobile.de par l’Argus (voir article dans la même newsletter et sur le site).
Le Groupe Hersant Média (GHM) serait endetté à hauteur de 200 millions d’euros. La renégociation de sa dette bancaire par un mandataire ad hoc a déjà été accepté."Nous sommes convaincus que la presse gratuite d’annonces a un avenir dans le cadre d’une stratégie volontariste de repositionnement", souligne le communiqué du groupe. La rationalisation de l’outil de production, de commercialisation et de distribution est au programme du rétablissement. Le groupe semble vouloir systématiser sa logique bi-média.

Voir aussi :

En partenariat avec le En partenariat avec CNPA
A la une
La quotidienne Auto-infos