Pascal Audebert (Profil Plus) : « Notre première force est l’entrepreneuriat »

Publié le par

Pascal Audebert assure la direction de l’enseigne Profil Plus avec la présidente Marie-Christine Billaud, dirigeante de la société Chouteau Pneus. Deux responsables heureux après deux années de croissance importante.

Pascal Audebert (Profil Plus) : « Notre première force est l'entrepreneuriat »

Auto Infos : Comment se porte Profil Plus en cette année 2019 ?

Pacal Audebert : Nous avons le sourire puisque nous venons de vivre une année 2018 en croissance après une année 2017 déjà positive. La hausse de l’année 2017 était surtout due à trois hausses de tarifs des manufacturiers, ce qui a généré une anticipation des achats. La surprise est venue de l’année passée, avec des résultats encore en hausse, ce qui nous a agréablement surpris. Ainsi, notre activité grands comptes a augmenté de 29 % en 2017 et de 12 % en 2018. Si les transporteurs ont bien roulé l’année dernière, cette progression ne reflète pas le marché. Notre professionnalisme a payé. Nous sommes spécialisés depuis longtemps sur le véhicule industriel et nous n’appartenons pas à un manufacturier. Nous avons donc pris des parts de marché à certains de nos concurrents. Cette tendance se poursuit puisque nous sommes à + 19 % à fin avril.

A. I. : Pouvez-vous nous rappeler les principaux chiffres du réseau ?

P. A. : Nous comptons actuellement 230 agences pour un chiffre d’affaires global de 430 millions d’euros en 2018. Nous vendons plus de 3 millions de pneus, dont 2,5 millions d’enveloppes tourisme. L’une de nos grandes forces est la présence de 1 000 véhicules d’intervention, ce qui est très important dans le véhicule industriel et l’agraire. Nous sommes numéro un en France sur les pneus agraires, numéro deux sur le poids lourd et numéro deux sur le génie civil. L’activité industrielle au sens large représente 70 % de notre activité. Il ne faut pas oublier notre activité de revente, qui représente 40 % de nos volumes.

A. I. : Qu’est-ce qui explique la progression du réseau ces deux dernières années ?

P. A. : Notre première force est l’entrepreneuriat, devant l’indépendance. Le pneumatique est une activité à faible rentabilité, nos adhérents sont présents dans leurs centres, ils gèrent le quotidien. La vraie réponse aux demandes des clients se situe là. Ce sont des chefs d’entreprises qui connaissent leurs clients et qui sont bien implantés dans le tissu local. Ils emmènent avec eux tous leurs collaborateurs, qui ne sont pas des mercenaires. La distribution de pneus n’est qu’une de leurs activités. Ce sont avant tout des sociétés de services.

Voir aussi :

En partenariat avec le En partenariat avec CNPA
A la une
La quotidienne Auto-infos