Patrick Gourvennec, Mitsubishi Motors France : « Nous aurons deux nouveaux SUV hybride rechargeable à la fin de l’année 2020 »

Publié le par

Mitsubishi vient tout juste de dévoiler la nouvelle génération de son pick-up L200. Patrick Gourvennec, président de Mitsubishi Motors France, revient sur les évolutions qui attendent la marque dans l’Hexagone.

Patrick Gourvennec, Mitsubishi Motors France : « Nous aurons deux nouveaux SUV hybride rechargeable à la fin de l’année 2020 »

Auto Infos : Quelle est votre analyse du marché français sur les huit premiers mois de l’année ?
Patrick Gourvennec :
Nous assistons à une baisse de la demande de la clientèle des particuliers. Cette tendance de fond crée des perturbations sur le marché. Celle-ci a un double effet : on pourrait considérer que le marché des entreprises fonctionne bien et/ou il y a des immatriculations tactiques pour compenser cette baisse. Même si le marché du B to B est dynamique, il reste néanmoins très tendu.

A. I. : Quels sont les résultats de Mitsubishi sur cette période ?
P. G. :
Nous nous portons plutôt bien. À fin juillet, nous affichons une croissance importante, de l’ordre 40 %. L’effet du développement réseau joue également à plein, notamment le maillage dans les grandes villes. Nous avons aussi repositionner le PHEV Outlander depuis septembre-octobre 2018 avec de vrais efforts puisque la voiture a un positionnement tarifaire qui tient la comparaison avec un SUV hybride de ce segment. Nous avons baissé le prix de 3 000 euros tout en augmentant les niveaux d’équipement. Nous avons également profité de la prime à la conversion avec la Space Star. De manière générale, il y a une vraie dynamique créée auprès du réseau.

A. I. : Comment abordez-vous ce nouveau modèle L200 sur le marché du pick-up ?
P. G. :
Le marché du pick-up, qui était de 22 000 voitures l’an passé, va être divisé par deux l’année prochaine. Il va tomber autour des 11 000 unités. Il y aura peut-être un transfert entre du Double Cab et du Club Cab. Mais cela sera très limité. Il manquait au L200 un look plus affirmé, c’est chose faite avec cette sixième génération du L200. Sur le plan mécanique et de la transmission, il n’y a pas eu de grosses évolutions. Nous avons fait également le pari de monter en gamme sur des versions Club Cab avec l’introduction d’une version Style qui permet justement d’aller peut-être chercher des clients potentiels de double cabine qui voudraient un certain confort.

A. I. : Comment vous situez-vous aujourd’hui sur le marché français ?
P. G. :
Nous sommes quatrième et notre ambition c’est de rentrer dans le top 3. Nous sommes derrière Ford, Toyota et Isuzu. Ce véhicule est vendu naturellement dans les montagnes mais notre première clientèle se trouve dans les zones rurales. Nous sommes très performants dans certaines régions. Nous devrions en écouler 1 500 unités en année pleine soit 11 à 12 % du segment.

A. I. : Comment se comportent les autres modèles de la marque ?
P. G. :
Nous commercialisons à peu près 4 000 PHEV, 3 500 Space Star et 1 500 L200.

A. I. : Quels sont vos objectifs pour la marque dans les prochaines années ?
P. G. :
Nous nous sommes fixés un calendrier de développement il y a trois ans et notamment les 1 % de part de marché. Nous devrions y parvenir en 2021 grâce au lancement de nouveaux produits. Compte tenu de notre gamme actuelle, nous réalisons déjà un excellent travail avec trois produits. Il nous faut évidemment encore deux ou trois nouveaux modèles pour franchir ce palier.

A .I. : Quand ces nouveaux produits seront-ils lancés ?
P. G. :
Cela sera chose faite à partir de la fin de l’année prochaine. Nous lancerons deux nouveaux véhicules SUV et PHEV, un modèle plus petit que l’Outlander et un plus grand en sept places.

A. I. : Quid du full électrique ?
P. G. :
Pas pour l’instant. Nous avons un certain nombre de projets en cours qui devraient voir le jour en 2021. Je rappelle que notre positionnement est spécialiste en SUV en quatre roues motrices électrifié. Tout ce qui sera au-dessus du segment C et plus sera de l’hybride rechargeable. En dessous, nous aurons la gamme électrique.

A. I. : La technologique PHEV de Mitsubishi est-elle un avantage important face à vos concurrents dans les mois à venir ?
P. G. :
Absolument. La conception du PHEV pour la marque revient à partir du véhicule électrique pour ensuite y ajouter un moteur thermique. C’est la meilleure des solutions puisque la voiture va toujours prioriser le fonctionnement électrique. Pour des déplacements urbains, c’est l’idéal sans contrainte d’un réseau de bornes de recharge.

A. I. : Comment abordez-vous les deux prochaines années avec l’introduction de la réglementation CAFE en Europe ?
P. G. :
Je pense qu’il y a un certain nombre de constructeurs qui sont dans une mauvaise posture par rapport à cette échéance. Pour notre part, nous étions à 98 grammes de CO2/km en France à fin juin 2019. Nous ne sommes donc pas loin des 95 grammes. Nous avons bien anticipé cette échéance réglementaire. Ensuite, il faut regarder tout cela dans le contexte européen mais je n’ai pas la réponse.

Voir aussi :

En partenariat avec le En partenariat avec CNPA
A la une
La quotidienne Auto-infos