Payer son péage par smartphone, c’est désormais possible

Publié le par

Le concessionnaire autoroutier Sanef entend développer la pratique du paiement par smartphone via une application dédiée et cherche des "bêta-testeurs" pour essayer cette solution sur les portions d’autoroute concernées.

© Pixabay / CC
© Pixabay / CC

Au péage, (presque) tous les moyens de paiement sont acceptés. Si jusqu’à présent, les automobilistes non équipés de badges de télépéage ont pour habitude de régler leurs trajets en espèces, par carte bancaire ou éventuellement en chèques-vacances, le concessionnaire autoroutier Sanef entend leur proposer très prochainement un nouveau mode de paiement : leur smartphone. Pour ce faire, l’entreprise a développé l’application Paipor qui autorise le franchissement des barrières de péage après un court arrêt.

Plus concrètement, après avoir créé son compte client et relié une carte bancaire à celui-ci, l’utilisateur de l’application est invité à emprunter les voies classiques des barrières de péage (tous paiements ou cartes bancaires). À l’arrêt devant la barrière, il lui suffit alors d’ouvrir l’application Paipor qui est détectée par les caisses via une antenne Bluetooth. L’application règle alors les frais correspondant au trajet effectué et la barrière se lève, comme l’illustre la vidéo ci-dessous.

Pour l’heure, cette solution de paiement mobile est encore en phase de tests nous indique le concessionnaire autoroutier, qui cherche d’ailleurs des "bâta-testeurs". Soit des clients prêts à tenter l’aventure du paiement sans contact et par smartphone. « Nous avons effectué un grand nombre de tests en interne avec des salariés du groupe, et maintenant nous voulons tester l’application Paipor avec de vrais clients. Le but est de mettre l’appli dans les mains de personnes très différentes les unes des autres et de s’assurer qu’elle fonctionne bien pour toutes et tous ».

À noter qu’il n’est possible d’utiliser l’application que sur des parcours précis du réseau Sanef, avant son éventuelle généralisation sur celui-ci. En l’occurrence, les tests se concentrent sur les autoroutes A13 et A14 entre Paris et Deauville. Les barrières de Montesson, Buchelay, Heudebouville et Beuzeville sont concernées par cette expérimentation.

En partenariat avec le En partenariat avec CNPA
A la une
La quotidienne Auto-infos