Période délicate pour les affaires du groupe Renault

Publié le par

En comparaison, sur le premier semestre, le groupe Renault a enregistré 1 938 579 véhicules vendus, soit une baisse de 6,7 % dans un marché en baisse de 7,1 %.

Période délicate pour les affaires du groupe Renault

Renault cherche son chemin. Le 17 octobre déjà, le groupe automobile annonçait une révision à la baisse de ses objectifs financiers pour l’exercice 2019 : -3 à 4 % de chiffre d’affaires et une marge opérationnelle de l’ordre de 5 %. Déstabilisé entre autres par des soucis de gouvernance, les inquiétudes du groupe Renault étaient bel et bien fondées. Avec 852 198 véhicules livrés dans le monde, la marque au losange enregistre une baisse de 4,4 % au cours du troisième trimestre face à un marché en recul de 3,2 %. Hors Iran, la baisse aurait été de 1,8 % dans un marché en baisse de 2,3 %. En Europe, le groupe enregistre un recul de ses ventes de 3,4 % dans un marché en hausse de 2,4 %. « Cette baisse s’explique partiellement par une base de comparaison élevée liée à l’introduction du WLTP pour les véhicules particuliers en septembre 2018 et par l’attente de la pleine disponibilité de la Nouvelle Clio en Europe », précise l’entité française.

Dans les régions hors d’Europe, les résultats sont meilleurs. Face à un marché qui décroît de 6,2 %, le groupe enregistre des ventes en baisse de 5,4 % notamment en raison de la baisse des marchés en Turquie (-21,7 %), en Argentine (-30,0 %), et de l’arrêt des ventes en Iran à partir d’août 2018 (23 649 véhicules vendus sur le troisième trimestre 2018). Hors Iran, les ventes auraient été en baisse de 0,3 %. En Eurasie, la part de marché croît de 1,8 point. En Amériques, la part de marché progresse de 0,2 point. En Afrique Moyen-Orient Inde Pacifique (en excluant l’Iran), la part de marché progresse de 0,1 point. Petit bémol en Chine cependant, où les volumes du groupe sont en baisse de 15,5 % sur un marché en diminution de 5,0 % en attendant le lancement du Nouveau Captur et de Renault City K-ZE, la nouvelle citadine électrique.

Face à cette performance, une répercussion sur le chiffre d’affaires du groupe est inévitable : 11 296 millions d’euros (-1,6 %) lors du troisième trimestre 2019. À taux de change et périmètre constants, le chiffre d’affaires du groupe aurait diminué de 1,4 % (soit 11,5 milliards d’euros au troisième trimestre 2018).

Mots clefs associés à cet article : Renault

Voir aussi :

En partenariat avec le En partenariat avec CNPA
A la une
La quotidienne Auto-infos