Peugeot progresse huit fois plus que le marché

Publié le par

Avec une hausse de + 4 %, les immatriculations enregistrées par Peugeot (364 212 unités) ont progressé huit fois plus que le marché en 2014. Le volume des ventes globales toutes marques n’a, lui, augmenté que de + 0,5 %.

Peugeot progresse huit fois plus que le marché

Concernant le strict périmètre des ventes de voitures neuves, la firme au lion a immatriculé 15 000 modèles supplémentaires, soit 305 015 unités. Peugeot a ainsi accru de + 0,81 % sa part de marché en la portant à 16,98 %. En revanche, ses scores ont reflué de - 2,1 % (à 59 197 unités) sur le front des utilitaires légers. Son bond en avant général est lié à l’attractivité de son offre produits. En effet, les 208, 308 (élue Voiture de l’année) et 2008 se placent parmi les dix modèles les plus achetés par les consommateurs français. Sans oublier l’impact lié, d’une part, aux sorties des 308 SW, 108, de la nouvelle 508, du Boxer ou de la version GTi 30th de la 208… Puis, d’autre part, à la commercialisation de nouveaux moteurs efficients Euro 6 essence et BlueHDi diesel. Sa marche en avant s’est effectuée par le biais de ventes rentables, et rééquilibrées sur l’ensemble des canaux de distribution. Ses livraisons aux particuliers se sont ainsi amplifiées de 0,8 %, tandis que sa position sur le créneau du B to B est passée de 21 à 21,3 %. Alors même que son volume de livraisons de véhicules de démonstration refluait de – 0,6 point à 13,5 % de part de marché. Sans oublier une activité à destination des loueurs de courte durée demeurée linéaire (+ 0,2 %) n’ayant représenté que 14,8 % des chiffres toutes marques du marché.
Plus important pour la suite, Peugeot a enregistré un volant de 132 188 commandes en 2014, soit 349 000 ventes de plus qu’en 2013… ou un gain de + 5,8 %. La marque a en outre amélioré ses positions sur l’ensemble des segments du marché tricolore. Dans les trois quarts des cas, les acheteurs ont choisi des définitions supérieures d’équipements (niveaux 3 et 4). Du coup, le prix moyen des véhicules est passé de 18 600 à 19 200 euros TTC, impactant favorablement sa profitabilité, mais aussi celle de ses distributeurs. Ces derniers ont écoulé près de 80 % de sa production, tandis que leur rentabilité moyenne sur chiffre d’affaires avant IS s’établissait à hauteur de 1 % (0,60 % en 2013).

Réseau

En termes de performance, Xavier Duchemin, directeur de Peugeot France, précise que l’efficacité de ces partenaires a également progressé dans le secteur du négoce des véhicules d’occasion. Cela s’est traduit par une évolution de + 5,40 % des immatriculations de modèles distribués sous le label des Occasions du Lion (164 900 unités). En revanche, leur activité en matière d’après-vente s’est étiolée, suivant une tendance générale dans le secteur… Leur taux de couverture des frais fixes par le SAV demeure à plus de 70 %.

2015

Peugeot ajoute avoir lancé plusieurs chantiers pour 2015 afin de qualifier les prestations de son réseau. Mais aussi dans le domaine de la gestion de la relation client (CRM) via l’instauration de plateformes téléphoniques notamment. Dans la foulée de l’instauration de la marque Eurorepar car Services va intervenir une optimisation de la distribution des pièces de rechange. PSA étudie la mise en place généralisée de plateformes régionales de gestion et de diffusion, soit directement, soit via des GIE des concessionnaires arborant les logos du lion ou de Citroën, soit encore à partir des structures déjà créées dans des groupes (dont les 15 du réseau Peugeot). Enfin, la firme au lion veut déployer un nombre accru de Business Centers pour doper ses ventes de VU et de type B to B.
Évoquant un marché 2015 dont le volume devrait être égal à celui observé en 2014 et n’espérant pas (sauf bonne surprise) de réelle reprise avant 2017, X. Duchemin considère que sa marque est en position forte pour performer. Il compte notamment sur la jeunesse de sa gamme, de la vente en année pleine de la 308, comme de la percée de la 3008. Il affiche en outre une volonté de poursuivre la montée en gamme de son offre, puis estime que la joint-venture passée (50/50) avec la banque Santander pourrait favoriser sa compétitivité sur le terrain des propositions de taux et de produits financiers.

En partenariat avec le En partenariat avec CNPA
A la une
La quotidienne Auto-infos