Peut-être un nouveau levier dans le recrutement des jeunes diplômés pour la distribution automobile

Publié le par

Peut-être un nouveau levier dans le recrutement des jeunes diplômés pour la distribution automobile

Une étude récente nous apprend qu’en 2018, environ 40% des jeunes diplômés de l’enseignement supérieur Bac+2 à +5 auraient opté pour une embauche dans une entreprise de moins de 250 salariés à la fin de leur cursus. Si les besoins en recrutement des entreprises de ces tailles plus souvent orientées vers le service se développent peut être plus rapidement que ceux des plus grands groupes, le détail des motivations que nous recueillons auprès de la catégorie des candidats concernés entre en résonnance avec l’étude.

A l’heure où, pour un jeune, la reconnaissance personnelle et le bienêtre au travail semblent souvent les principaux critères de sélection d’une future entreprise, les interviewés confirment que les PME en facilitant la proximité entre dirigeants et salariés permettent une meilleure identification de chaque collaborateur. Ces entreprises représentent selon eux l’avantage d’associer une image de souplesse et d’agilité à leurs actions et attirent sans doute par-là plus de profils qu’au paravent. Ces propos sont cependant à nuancer car les conclusions de l’étude montrent que sur 12 000 jeunes interrogés toutes filières confondues, 58 % souhaiteraient quand même exercer leur métier dans un groupe international français. Si l’adage « Small is beautiful » devient de plus en plus d’actualité, l’attractivité par l’image des petites structures reste encore à développer.

Toute entreprise petite ou grande a besoin d’entretenir et de valoriser son image. Mais selon les précèdent constats, l’essentiel de l’efficacité de la communication utile à valoriser cette image passerait par la capacité du management à créer une proximité entre le pouvoir de décision et les collaborateurs.

De l’aveu même de ces derniers c’est par cette proximité favorisée par la légèreté d’une structure qu’ils satisferaient le mieux un besoin de reconnaissance toujours plus important. Non que les groupes plus importants négligent ce critère, mais ils sont perçus par les plus jeunes comme davantage préoccupés par des objectifs de rapidité et de rentabilité répondant d’avantage aux exigences des partenaires.
Pour améliorer son attractivité une entreprise peut, notamment développer sa communication par la construction de sa marque employeur et démontrer que son modèle de management et d’organisation offre un dynamisme et une énergie favorables à la réalisation de projets transversaux. La RH, les dirigeants et les managers doivent faire correspondre les valeurs de l’entreprise comme ambiance, management, proximité et culture avec celles de ses collaborateurs pour installer la dynamique.

Dans la distribution automobile toutes les conditions pour être une bonne marque employeur sont réunies, compte tenu de l’alignement entre la culture de la direction et celle des collaborateurs fédéré autour des missions et du produit. Les entreprises de distribution automobile dont la marque employeur est faible sont plutôt rares quand des entreprises d’autres secteurs peinent à créer cet alignement du fait de la complexité de l’organisation. Il pourrait être intéressant de profiter des mutations qui se préparent pour capitaliser sur l’engouement du moment afin de mieux attirer à la profession les talents de demain.

Voir aussi :

En partenariat avec le En partenariat avec CNPA
A la une
La quotidienne Auto-infos