Pièces de réemploi vendues par les particuliers : le CNPA s’inquiète

Publié le par

Le CNPA alerte sur la vente de pièces par des particuliers ou des professionnels non agréés centre VHU sur des sites tels que Le Bon Coin ou encore La Bonne Epave, mis en ligne récemment.

Pièces de réemploi vendues par les particuliers : le CNPA s’inquiète

Cette montée en puissance de cette pratique est due à l’obligation pour les professionnels de la réparation automobile de proposer, depuis le 1er janvier dernier, le choix entre des pièces de rechange neuves et d’occasion. Cette obligation a fait ainsi naître un marché de la pièce détachée florissant, auxquels les pure-players comptent bien profiter. Mais si le CNPA encourage le développement de la pièce de rechange issue de l’économie circulaire, il s’inquiète cependant de son approvisionnement via ces sites internet permettant la diffusion d’annonces par des professionnels non agrées VHU mais aussi par des particuliers.

Des pièces ni tracées, ni contrôlées

Le Comité national des professions de l’automobile (CNPA) rappelle que la vente de pièces de réemploi est interdite lorsque ces pièces sont démontées par un particulier ou par un organisme non agréé centre VHU. « Ces pièces ne sont ni tracées, ni contrôlées et n’offrent pas les mêmes garanties que les pièces produites par les centres VHU agréés », souligne-t-il.
Il tire donc la sonnette d’alarme sur le développement de ces pratiques en saisissant la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF). Avec un objectif, trouver un encadrement juridique pour la vente de pièces de réemploi sur Internet.

En partenariat avec le En partenariat avec CNPA
A la une
La quotidienne Auto-infos