Pourquoi Tesla fait encore le big buzz en Bourse ?

Publié le par

La stratégie financière de Tesla relève plus de la mécanique de précision que de la bulle et l’iconoclaste constructeur vient de faire une entrée remarquée dans l’indice S&P 500. Et signe qu’un monde nouveau est dessiné par les investisseurs, seule l’annonce relative à l’Apple Car a freiné son ivresse boursière.

DR / Tesla
DR / Tesla

Tesla a réussi son intégration dans l’indice d’actions phare de la bourse de Wall Street, le fameux S&P 500, qui réunit les 500 premières capitalisations américaines. Et comme son fondateur Elon Musk le soulignait, avec panache, dans la mesure où Tesla figure dès son introduction dans le top 10, très exactement au 6ème rang, derrière Facebook, Alphabet (Google), Amazon, Microsoft et Apple. A bon entendeur…

Une valorisation en hausse de plus de 700 % en 2020 malgré le Covid !

La valorisation de Tesla s’établit aujourd’hui à plus de 600 milliards de dollars, soit une progression de 730 % depuis le début de l’année 2020. Loin devant le leader automobile Toyota, ou Volkswagen et General Motors. On peut balayer cela d’un revers de la main, en disant que Tesla a des défauts qui se révéleront au grand jour prochainement, mais il est sans doute plus sage d’écouter Herbert Diess, récemment confirmé à la tête de Volkswagen, qui écrivait dans une note interne : « Ce qui m’inquiète le plus, ce sont les capacités des systèmes d’assistance. 500 000 Tesla fonctionnent comme un réseau de neurones, qui collecte en continu des données et offre au client une nouvelle expérience de conduite tous les 14 jours, avec des propriétés améliorées. Aucun autre constructeur automobile n’est en mesure de le faire aujourd’hui ».

Au milieu d’Apple, d’Amazon...


En fait, Tesla a attiré l’intérêt des fonds d’investissements lors de son entrée au S&P 500 et signe des temps, témoin d’un changement de comportement majeur des grands investisseurs, seule une annonce a fait baisser l’action du spécialiste des véhicules électriques premium : pas l’aval donné à la fusion entre PSA et FCA, pas une annonce d’un concurrent allemand, non, vous n’y êtes pas du tout, l’annonce de Reuters affirmant qu’Apple allait arriver sur le marché automobile en 2024 avec un véhicule et surtout son propre package de batteries.
Elon Musk a d’ailleurs beaucoup publié de tweets sur le sujet, c’est son habitude certes, mais il sait surtout où se trouve la puissance financière, au-delà des expertises d’ingénierie. Il a aussi tweeté dans une veine humoristique qu’il avait essayé de vendre Tesla à Apple il y a quelques années, pendant la période noire du programme de la Model 3, mais que Tim Cook ne lui avait pas accordé de rendez-vous. A l’époque, vers 2014-2015, Tesla était valorisée à hauteur de 60 milliards de dollars…
Pour conclure sur une pirouette non dénuée de double-fond, on peut aussi rappeler qu’Amazon vient de lever un coin du voile sur la marque Zoox qui va mettre à la route des voitures autonomes (navettes, robot-taxis…). Zoox qui a accepté de payer une amende à...Tesla, suite au vol de documents technologiques confidentiels.

Voir aussi :

En partenariat avec le En partenariat avec CNPA
A la une
La quotidienne Auto-infos