Pourquoi les voitures électriques sont souvent inutilisables ?

Publié le par

Pourquoi les voitures électriques sont souvent inutilisables ?

Partir en vacances en voiture électrique n’a, à priori, plus rien d’une ineptie. L’exemple du Kia e-Niro réussissant à relier paris à la Côte d’Azur en est la preuve incontestable !

Les voitures proposant plus de 250 km d’autonomie sur autoroute commencent ainsi à voir le jour à des prix presque « abordables » (45.000 € hors bonus pour le Kia e-Niro, meilleur rapport prix/prestations actuel) et les réseaux de charge rapide commencent à se développer.

Néanmoins, le chemin est encore long avant de pouvoir utiliser les voitures électriques aussi sereinement que leurs homologues thermiques. La majorité des charges se fait en effet à domicile à vitesse lente, durant la nuit, signe que l’usage est surtout cantonné à des trajets de proximité. Mais nombre d’automobilistes se contentent d’une seule voiture, et ne tolèreront pas de ne pas pouvoir effectuer les mêmes types de trajets qu’avec un modèle thermique. Et cela passe par un réseau de charge rapide correctement développé, ce qui est encore loin d’être le cas aujourd’hui : seules 2.145 bornes de ce type sont recensées par l’ADEME, soit 8% des installations.

Aujourd’hui, la meilleure couverture nationale (fournie par Izivia) compte en moyenne une station de charge tous les 80 km sur la quasi-totalité des grands axes autoroutiers français. Ces bornes sont capables de délivrer des puissances allant jusqu’à 50 kW, encore trop juste pour les gros SUV type Jaguar I-Pace ou Audi e-tron, dont la consommation flirte avec les 30 kWh/100 km et la capacité de la batterie tourne aux environs de 90 kWh : cela signifie qu’il faut s’arrêter plus d’une heure et demie tous les 250 km environ. Le ratio est beaucoup plus acceptable avec un Kia e-Niro, une BMW i3 ou un Hyundai Kona électrique, à la consommation inférieure. Dès cette année, Izivia promet d’augmenter la puissance de ses bornes à 100 kW. Mais le principal problème de ce réseau provient du fait qu’il n’y a, le plus souvent, qu’une seule borne à chaque station. S’il y a déjà une voiture en charge, il faut faire la queue. Si la borne est en panne, la situation peut devenir très délicate…

En partenariat avec le En partenariat avec CNPA
A la une
La quotidienne Auto-infos