Prime à la conversion : la proportion du diesel est stable par rapport à 2018

Publié le par

D’après les données fournies par le ministère de la Transition écologique et solidaire, 216 392 dossiers ont été déposés au premier trimestre 2019.

Prime à la conversion : la proportion du diesel est stable par rapport à 2018

Le CNPA livre les principales données concernant la prime à la conversion sur le premier trimestre 2019 en France d’après des informations collectées par le ministère de la Transition écologique et solidaire.

« La stratégie fonctionne et il faut se réjouir qu’elle dépasse les prévisions, déclare Xavier Horent, directeur général du CNPA suite à la publication de ces résultats. Je rappelle les deux objectifs : l’accélération du renouvellement du parc, l’accompagnement territorial et social. Le canal professionnel est la clef pour en assurer le succès, en appui des politiques publiques ». Et d’ajouter : « Mieux vaut simplifier et recentrer le dispositif que le raboter – en l’articulant avec les aides locales existantes, et en concentrant l’allocation des efforts collectifs sur les populations les plus exposées – sans oublier les TPE et PME qui sont également contraintes de renouveler leurs parcs ».

On y apprend que 216 392 dossiers ont été déposés pendant cette période avec un taux moyen d’éligibilité de 89 % (contre 86 % en 2018). Ce taux grimpe à 97 % via le circuit des concessionnaires. Ces derniers ont d’ailleurs déposé un total de 129 710 dossiers contre 64 014 pour les particuliers.

La prime à la conversion permet d’acheter un véhicule neuf pour 33 % des dossiers, en recul de 6 points par rapport à l’année 2018. Le véhicule d’occasion est préféré dans 67 % des cas (61 % l’an passé).

83 % des véhicules mis au rebut sont des diesel

La part des foyers non-imposables progresse à 81 % contre 71 % en 2018. Côté motorisations, on apprend que 83 % des véhicules mis au rebut sont des diesel alors qu’ils n’étaient que 80 % l’an passé. Cette mise au rebut a permis d’acheter des véhicules diesel dans 48 % des cas, des véhicules essence (47 %) et des véhicules électriques (5 %), soit exactement la même proportion qu’en 2018.

L’Occitanie draine une majorité de dossiers

Au niveau de la répartition régionale des dossiers déposés par le canal des concessionnaires, la région Occitanie arrive largement en tête (14 608 dossiers) devant la région Nouvelle Aquitaine (13 523 dossiers) et la région Auvergne-Rhône-Alpes (12 581 dossiers).

« Les clients doivent être respectés dans leurs choix de solutions de mobilités qui conviennent à leurs usages et à leurs contraintes, conclut le CNPA. Aux professionnels de les conseiller : c’est leur métier. Au gouvernement d’arbitrer dans le respect d’un principe de neutralité technologique et énergétique. La mobilité n’est pas un luxe. Le véhicule d’occasion et le diesel doivent rester éligibles, sous peine de prendre le risque d’une transition écologique insoutenable ».

Voir aussi :

En partenariat avec le En partenariat avec CNPA
A la une
La quotidienne Auto-infos