Prime à la conversion : le CNPA reçu aujourd’hui par la ministre Elisabeth Borne

Publié le par

Prime à la conversion : le CNPA reçu aujourd'hui par la ministre Elisabeth Borne

Suite au coup de rabot de la prime à la conversion et à la demande de rendez-vous en urgence faite, le 18 juillet dernier, par le CNPA à Elisabeth Borne nouveau ministre de l’Écologie, le cabinet de la ministre a donné rendez-vous au CNPA le 25 juillet.

Lors de cette rencontre, après le choc de la nouvelle prime à la conversion mise en place à partir du 1er août prochain dans un décret du 17 juillet 2019, Francis Bartholomé, président du CNPA et Xavier Horent son délégué général auront de nombreux messages à faire passer pour défendre la filière aval des services automobiles et notamment les distributeurs automobiles dont le taux d’éligibilité de la prime à la conversion via leur intermédiaire est de 97 %.

Il convient de souligner que 91 % des crédits ouverts par la loi de Finances sont consommés à fin juillet 2019, ce qui peut évidemment poser problème pour la suite de l’année.

« En termes de transition écologique, il faut soit faire la politique de ses moyens, soit se donner les moyens de sa politique, rappelle Xavier Horent. L’important est de ne pas tromper les Français, ni d’embarquer toute une filière sur une voie exclusive. La neutralité technologique et énergétique n’a jamais été autant centrale, et les besoins d’accompagnement jamais aussi forts ».

La gestion de la période de transition

Au niveau des problèmes à court terme pour la filière, les discussions devraient être centrées autour de la gestion de la transition entre les deux primes à la conversion d’ici le 1er août prochain sachant que l’ancien dispositif reste valable jusqu’au 1er août prochain, à condition de livrer et facturer le client dans les trois mois au plus tard. Le CNPA devrait sans doute demander une période dérogatoire afin que les délais de livraison que les distributeurs ne maîtrisent pas puissent rentrer dans cet ancien dispositif. Rappelons que les concessions sont aujourd’hui prises d’assaut par les clients souhaitant bénéficier encore cet effet d’aubaine entre deux dispositifs.

Inclure le diesel en Crit’Air 1

Sur le long terme, le CNPA devrait rappeler l’importance de prendre en compte les véritables rejets des véhicules diesel neufs à travers une étude promise lors de la dernière réunion de la filière automobile. Une étude qui permettrait d’arbitrer la proposition du CNPA et de la PFA de faire rentrer le diesel dans la vignette Crit’Air 1.

Enfin, le CNPA souhaite inviter à la rentrée la nouvelle ministre sur le terrain de la distribution automobile, soit dans une concession ou dans le cadre du Moove Lab à Station F.

Voir aussi :

En partenariat avec le En partenariat avec CNPA
A la une
La quotidienne Auto-infos