Projet de mobilité hydrogène Hyvia : que va annoncer Renault ?

Publié le par

Le mardi 6 juillet 2021, Renault annoncera plusieurs éléments de sa stratégie de développement de la mobilité hydrogène. Les contours de l’écosystème Hyvia devraient être précisés, notamment l’enjeu névralgique de l’avitaillement.

Renault vise 30 % de parts de marché des véhicules utilitaires légers à hydrogène en Europe à l'horizon 2030. © Hyvia - Renault
Renault vise 30 % de parts de marché des véhicules utilitaires légers à hydrogène en Europe à l'horizon 2030. © Hyvia - Renault

Renault va présenter la feuille de route de la constitution de son écosystème hydrogène, sous le nom d’Hyvia, la coentreprise fondée le 3 juin dernier avec le groupe américain Plug Power, spécialiste de la pile à combustible. Dans un premier temps, le projet va rester focalisé sur les véhicules utilitaires et le principe technologique du range extender. De quoi proposer une autonomie de l’ordre de 500 kilomètres, ce qui lève un frein majeur dans l’approche des professionnels.

Une organisation industrielle autour de quatre sites

Au niveau des produits, la priorité est clairement portée sur le Renault Master, tandis qu’on devrait avoir des précisions sur le Trafic et le Kangoo, ce dernier étant développé via Symbio, la joint-venture établie entre Faurecia et Michelin et proche de… Stellantis. Faurecia sera le fournisseur des réservoirs. On attend aussi de nouvelles informations sur les configurations qui seront proposées (350, voire 700 bars). Le volet industriel du dossier est plus clair depuis que Renault a indiqué qu’Hyvia aurait son siège à Villiers-Saint-Frédéric (Yvelines), au centre de développement des véhicules utilitaires du groupe, et que l’usine de Flins allait monter en puissance pour la production dans le cadre du projet Re-Factory. Les sites de Batilly (Meurthe-et-Moselle), pour la production du Master, et de Gretz-Armainvilliers (Seine-et-Marne), avec PVI pour les piles à combustible, font aussi partie du projet.

Hydrogène vert ou gris ?

Alors que la production devrait débuter avant la fin de l’année 2021, en petite série et pour des clients de flottes captives dans un premier temps, Hyvia doit désormais mettre en avant son offre packagée, incluant les solutions d’avitaillement, mais aussi de maintenance. On attend aussi avec impatience de savoir si l’hydrogène utilisé sera majoritairement vert ou gris et quels marchés européens seront concernés par l’offre d’Hyvia au-delà de la France et de l’Allemagne.

Voir aussi :

En partenariat avec le En partenariat avec CNPA
A la une
La quotidienne Auto-infos