PwC prédit un bel avenir aux véhicules partagés à la demande

Publié le par

Le cabinet de conseil PwC prédit un avenir florissant au marché des véhicules partagés à la demande, qui pourrait représenter 1 400 milliards d’euros en 2030 en Europe, aux États-Unis et en Chine.

PwC prédit un bel avenir aux véhicules partagés à la demande

L’avenir appartient-il aux robots-taxis ? Le cabinet PwC prédit un bel avenir à ce type de véhicule partagé et disponible à la demande. Dans la 7e édition de son étude Digital Auto Report, le cabinet de conseil envisage un marché de 1 400 milliards d’euros pour ce mode de transport en 2030 en Europe, aux États-Unis et en Chine. Selon cette enquête, 47 % des Européens seraient prêts à abandonner leur voiture personnelle pour emprunter des robots-taxis. Une tendance qui varie cependant entre les consommateurs des différents continents. Près de 79 % des Chinois seraient prêts à recourir à ce mode de transport alors que 38 % seulement des Américains franchiraient le pas. Cependant, au-delà de ces écarts, ces automobilistes ne seraient pas prêts à payer le même prix pour utiliser ce service. Les Américains seraient prêts à débourser 1,40 euro/km alors que les Européens paieraient 1,20 euro/km et que les Chinois acquitteraient seulement 80 centimes d’euro/km.
Si le marché européen des véhicules partagés à la demande pourrait passer de 25 milliards de dollars en 2017 à 451 milliards de dollars en 2030, il resterait inférieur au marché chinois. Ce dernier atteindrait 656 milliards de dollars à la même date alors que le marché américain resterait plus modeste avec 250 milliards de dollars. L’étude anticipe même une valeur équivalente à 30 % des bénéfices de l’industrie automobile générés par ces véhicules et les services associés. « Le partage de véhicule va influer sur son taux d’utilisation et par conséquent avoir un impact positif sur le revenu du véhicule partagé », explique Charles de la Tour d’Auvergne, manager nouvelle mobilité chez PwC.

Baisse des ventes VN

Le développement de ce marché du véhicule partagé à la demande pourrait entraîner une baisse des ventes de voitures particulières neuve d’ici à 2030. Le cabinet de conseil prévoit un passage des ventes de voitures neuves de 48 % à 38 % des ventes totales de véhicules entre 2017 et 2030. Cette évolution conduirait le parc roulant européen à passer de 287 millions d’unités à 272 millions en 2030. Sans surprises, un déploiement des véhicules partagés à la demande devrait jouer sur les ventes de voitures neuves individuelles. Un mécanisme renforcé par l’évolution des attentes des consommateurs. « Selon l’étude, 70 % des clients automobiles souhaitent recevoir des offres de mobilité personnalisées et il en va de même pour les millennials, qui semblent être indifférents à la performance des véhicules ou encore à leur marque. Ils accordent de l’importance au confort et à l’expérience numérique à bord des véhicules autonomes », remarque François Jaumain, associé en charge du secteur automobile chez PwC. Une évolution bien perçue par de nombreux constructeurs, qui ont déjà débuté leur mutation vers un rôle de fournisseur de mobilité et de services.

Voir aussi :

En partenariat avec le En partenariat avec CNPA
A la une
La quotidienne Auto-infos