Quel bilan pour le Salon de l’auto d’occasion ?

Publié le par

Quel bilan pour le Salon de l'auto d'occasion ?

Le traditionnel Salon de l’auto d’occasion de la Foire de Paris s’est déroulé du 30 avril au 10 mai dernier. Une vingtaine d’exposants a investi les 8 000 m2 du hall mis à leur disposition par l’organisateur (Sascra). Dans un contexte économique difficile, les professionnels – surtout ceux qui commercialisent des VO de moins de 10 000 euros – ont pu déstocker. C’est le cas de Francis Trolet, dirigeant d’Auto 2000 à Domont (Val d’Oise) qui vend chaque année 300 voitures de seconde main. « Nous sommes fidèles à cette manifestation depuis dix ans ! Avec 11 véhicules exposés, nous avons commercialisé 23 modèles à raison d’un panier moyen de 7 000 euros. Les clients sont bien plus insouciants qu’on pourrait le croire ». Non loin de son stand, Robert Chaulier, dirigeant d’Avantages Automobiles qui a pignon sur rue à Saint-Maur depuis 1951 est spécialisé dans le commerce de berlines d’occasion haut de gamme, mais aussi de modèles anciens de qualité. Il a écoulé 6 unités au prix moyen de 20 000 euros. « J’ai exposé 8 voitures et vendu des financements sur les produits modernes », explique-t-il. Et les concessions ? "Sur les 8 VO exposés, nous en avons déjà vendu 5, confiait Cédric Bouessay, commercial de Saab Rive Gauche à trois jours de la fermeture du Salon. « Nous sommes là pour destocker en créant du passage sur des produits hors marque difficiles à vendre dans nos showrooms », précisait-il. On pouvait effectivement dénicher une Fiat Panda Sport à 8 900 euros comme, évidemment, un Cabriolet Saab à 29 900 euros. « La clientèle de la Foire de Paris est plus hétéroclite que celle du Mondial de l’occasion », remarquait-il.

Voir aussi :

En partenariat avec le En partenariat avec CNPA
A la une
La quotidienne Auto-infos