R-M fait le pari du développement durable

Publié le par

La marque de peinture du groupe BASF lance une gamme de produits élaborés avec une part de matières premières renouvelables. Une innovation perçue comme un argument de différenciation pour les carrossiers et les apporteurs d’affaires.

R-M fait le pari du développement durable

Le groupe BASF a entamé une démarche globale de développement durable à laquelle la division Coatings et son département Refinish viennent d’adhérer. Cette stratégie se traduit par le lancement d’une nouvelle gamme baptisée e’Sense. Conçus à partir d’une part de matières premières bio-sourcées, ces produits sont identifiés par une étiquette et un logo spécifiques. Cependant, la différence ne s’arrête pas à ces éléments. Le fabricant lance autour de cette gamme un concept complet. « Nous arrivons sur le marché avec une offre qui n’est pas demandée par les carrossiers. Cependant, nous pensons qu’elle est indispensable aujourd’hui » explique Erwan Baudimant, responsable national des ventes R-M. Proposée avec un surcoût de 5 % par rapport à la gamme classique, qui reste toujours disponible, e’Sense nécessite un réel engagement de la part du carrossier. « C’est une démarche volontaire mais nous observons que les apporteurs d’affaires et les constructeurs sont réceptifs à notre démarche » poursuit E. Baudimant.

Engagement du carrossier

Chaque carrossier intéressé par cette gamme devra s’engager sur plusieurs points en signant une charte. Il devra notamment acheter tous les produits et les utiliser dans ses travaux quotidiens. Une manière d’éviter l’usurpation du label offert par R-M. « Nos filiales de distribution contrôleront les quantités vendues et pourront ainsi vérifier si l’engagement est respecté » précise le responsable. Les ateliers signataires recevront un kit de communication afin d’exploiter cet avantage auprès de leurs clients et des donneurs d’ordres. « Il s’agit clairement d’un outil qui permet au carrossier de se démarquer, en plus de l’économie réalisée en rejets de CO2 et en temps de mise en œuvre du procédé de réparation » souligne-t-il. Des économies mesurées en moyenne à 550 gr de CO2 pour une réparation de 2,5 éléments et à 43 minutes en matière de durée (données BASF). Les professionnels susceptibles d’adopter cette gamme devraient se situer avant tout au sein du club R-M Premium Partners et parmi les clients des segments A et A+ du fabricant. Des profils déjà en avance dans de nombreux domaines.

En partenariat avec le En partenariat avec CNPA
A la une
La quotidienne Auto-infos