Reconfinement : l’autorisation du click and collect risque d’être très insuffisante

Publié le par

Le gouvernement a précisé jeudi soir que les concessions automobiles pourraient rester ouvertes, sur rendez-vous, pour retirer un véhicule neuf. La mise en place du click and collect sera-t-il suffisant pour limiter l’impact financier de ce nouveau confinement pour la distribution automobile ?

© Auto Infos
© Auto Infos

Le Premier ministre a précisé hier soir, jeudi 29 octobre, le détail des mesures retenues par le gouvernement, après l’allocution du président de la République mercredi soir.

Jean Castex a confirmé que le confinement est acté jusqu’au 1er décembre prochain. Les mesures prises et le périmètre des activités autorisées à ouvrir seront toutefois réévaluées tous les quinze jours. Matignon vient également de demander au CNPA et à la PFA d’organiser un reporting précis de l’application des mesures sur le terrain.

Le clic and collect : très insuffisant pour maintenir l’activité

Le Premier ministre a précisé que les dérogations d’ouverture du 17 mars dernier, lors du premier confinement, seront maintenues, à savoir les stations-service, la réparation automobile au sens large, la location de voitures et d’équipements et le passage des examens, notamment celui du permis de conduire. Seule nouveauté : le clic and collect a finalement été accordé aux concessions automobiles. Les clients pourront venir chercher leur nouveau véhicule sur rendez-vous (ce qui sera précisé dans l’attestation comme « retrait de commandes »).

La source va rapidement se tarir

Souhaité par les constructeurs Renault et PSA et fortement soutenu par le CNPA auprès des pouvoirs publics, ce système de clic and collect était le minimum à autoriser afin d’éviter l’arrêt brutal de la production dans les usines. Cela devrait permettre de faire tourner les chaînes de production quelques semaines pour écouler les commandes en cours.

Les concessions fermées au public

L’achat d’un véhicule n’étant pas considéré comme essentiel par les pouvoirs publics, les distributeurs ne pourront toutefois pas laisser les concessions ouvertes au public. Ce qui signifie simplement un coup d’arrêt aux nouvelles commandes. Une fois les commandes en cours livrées, la source devrait ainsi rapidement se tarir.

« Sur un plan général, malgré ses nécessaires limites, les modalités de ce nouveau confinement apparaissent comme plus souples et pragmatiques, avec un net renforcement, qui était très attendu, des mesures économiques, commente Xavier Horent, délégué général du CNPA. Mais ne nous y trompons pas : la crise économique peut être particulièrement brutale dans un contexte où les entreprises sont davantage fragilisées par rapport au printemps – sans perdre de vue une baisse sensible du moral des ménages et des entreprises. Ce sera certainement très difficile, raison pour laquelle l’obtention de la possibilité, minimale, de procéder aux livraisons de véhicules était tout à fait indispensable ».

Le gouvernement a décrété la poursuite de l’activité économique pendant ce reconfinement, mais on peut raisonnablement se demander si cela va suffire. Révélés le dimanche 1er novembre prochain, les chiffres du marché automobile français des voitures particulières devraient être positifs selon les derniers pointages de la fin de mois. Avant un probable nouvel écroulement dans les mois à venir. Dans la pratique, les groupes de distribution vont devoir organiser leur activité entre l’après-vente d’urgence, le clic and collect et le chômage partiel de leurs salariés afin de limiter l’impact financier de ce nouveau confinement qui devrait durer entre quatre et douze semaines.

Voir aussi :

En partenariat avec le En partenariat avec CNPA
A la une
La quotidienne Auto-infos