Renault Group sécurise ses approvisionnements en semi-conducteurs à partir de 2026

Publié le par

Renault Group vient d’annoncer un accord avec la société STMicroelectronics pour la conception et la fourniture de semi-conducteurs de puissance avancés pour ses modèles à partir de 2026.

© Renault Group
© Renault Group

Renault Group vient d’annoncer son partenariat avec la société STMicroelectronics pour le développement et la fourniture de solutions destinées à l’électronique de puissance de ses futurs modèles électriques et hybrides. Cet accord permet au constructeur de sécuriser ses approvisionnements en semi-conducteurs à partir de 2026. Au-delà de cet aspect important, les deux firmes vont coopérer pour développer des éléments spécifiques aux motorisations électriques et hybrides du groupe. Ce travail en commun portera notamment sur des composants en carbure de silicium, de transistors en nitrure de gallium et de boîtiers et modules associés. Renault Group fait donc de STMicroelectronics un partenaire clé et lui accord à ce titre des « volumes importants garantis pour l’utilisation annuelle de ses modules et transistors de puissance à partir de 2026-2030 ». Comme le souligne Luca de Meo, CEO de Renault Group, « Ce partenariat sécurise les approvisionnements futurs de composants clés qui contribueront de manière significative à réduire de 45 % la perte d’énergie et à diminuer le coût du groupe motopropulseur électrique de 30 %. Cette coopération technologique nous aidera à concrétiser notre ambition de démocratiser les véhicules électriques en les rendant à la fois abordables et rentables ».

Économies en chaîne

Les éléments développés en commun devraient permettre au constructeur d’améliorer les performances de ses véhicules électrifiés. En effet, la firme précise que les technologies conçues pour Renault Group « auront un impact majeur sur l’autonomie et la charge des véhicules électriques réduisant les pertes de puissance et améliorant l’efficacité, ce qui se traduira par une baisse du coût des batteries, une augmentation du nombre de kilomètres par charge, une réduction du temps de charge et une diminution du coût pour l’utilisateur ». En attendant l’arrivée de ces éléments, le constructeur devra composer avec la pénurie qui touche de nombreux domaines industriels.

Voir aussi :

En partenariat avec le En partenariat avec CNPA
A la une
La quotidienne Auto-infos