Renault compte conserver le haut du tableau du segment B

Publié le par

Au cours du premier trimestre, les ventes VP et VU du groupe Renault ont progressé de 0,2 % avec 178 058 véhicules écoulés. Le meilleur volume réalisé par la marque sur le marché français depuis 2011.

Renault compte conserver le haut du tableau du segment B

L’essai de la Clio V sur les routes portugaises a été l’occasion pour les équipes de la marque au losange de communiquer sur ses performances et d’annoncer les nouveautés en termes de produits. Une actualité riche notamment pour le segment des citadines. « Nos véhicules sur les segments A et B se portent bien, confirme Fabien Meunier, responsable de la gamme Renault France A/B. Le segment B reste l’un des segments les plus importants sur le marché toutes marques avec, en 2019, un poids de 46 %. À l’intérieur de ce segment B, on observe une poussée constante des B-SUV à hauteur de 15,4 % cette année. Pour autant, le segment B berline reste majeur avec un poids de l’ordre de 30 %, en légère progression entre 2018 et 2019, grâce notamment à la prime à la conversion. Ce marché est donc un enjeu important pour nous ».

Une valeur sûre

En témoigne les excellents résultats enregistrés par la Clio depuis son premier lancement en 1990 : 15 millions d’exemplaires écoulés à travers le monde et un record de ventes en croissance permanente d’année en année. La citadine tricolore multiplie les titres parmi lesquels voiture française la plus vendue à l’international, deuxième voiture la plus vendue en Europe – derrière la Golf de Volkswagen – et voiture la plus vendue en France en 2018. Elle occupe ainsi la première marche du podium de son segment sans discontinuer depuis 2013. « L’objectif pour Renault est de maintenir ce leadership grâce à l’arrivée de cette cinquième génération », poursuit-il. La Clio IV restera au catalogue jusqu’en 2020, avec une seule motorisation. Vendue à 40 % aux particuliers (en essence pour la quasi totalité des ventes) et à 60 % aux professionnels, ces derniers demeurent une cible majeure pour le constructeur. « La version diesel séduit les sociétés pour des raisons fiscales. Le diesel a toujours de l’avenir sur cette tranche ». Les deux dernières moutures de la saga Clio coexisteront sur les lignes de production à Bursa, en Turquie et Novo Mesto, en Slovénie.

Rajeunir la gamme

Fin 2018, les trois premières marches des ventes de Renault (VP + VU) étaient occupées par la Renault Clio (156 850 unités), le Captur (67 396 unités) et la Mégane (50 160 unités). La Twingo, elle, représentait 25 % de part de marché, la positionnant ainsi comme leader sur le segment des petites citadines. Avec l’arrivée du restylage de la Twingo II en mai dernier, la marque généraliste compte bien relancer le modèle et maintenir son leadership.

Si le renouvellement de la gamme occupe une grande partie de l’actualité de la marque au losange – à l’image du crossover Renault Captur qui sera remplacé par une seconde génération en octobre 2019 – la Clio V reste incontestablement « la star » de l’année. Cette dernière incarne le plan stratégique Drive the futur (2017-2022) présenté par le constructeur tricolore à l’automne 2017. Renault France ambitionne d’investir davantage sur les motorisations alternatives. Ainsi, la nouvelle Zoe est attendue courant 2019. La version hybride de la Clio est quand à elle prévue pour le printemps 2020, à l’instar des versions hybride rechargeable du Captur et de la Mégane. À l’horizon 2022, le groupe proposera douze modèles électrifiés dans sa gamme.

En partenariat avec le En partenariat avec CNPA
A la une
La quotidienne Auto-infos