Renault propose la réparation des composants électroniques avec Faurecia

Publié le par

Dans sa volonté d’élargir son offre en pièces issues de l’économie circulaire, Renault se lance dans la réparation de produits électroniques, en partenariat avec Faurecia Clarion Electronics.

© Faurecia
© Faurecia

Si Renault reste pour l’heure discret sur sa stratégie de conquête du marché de la pièce multimarque équipementière (des annonces devront être faites dans les mois qui viennent), le constructeur est plus transparent dans le domaine de l’économie circulaire.

La marque au losange vient en effet d’annoncer avoir passé un accord à l’échelle européenne avec Faurecia Clarion Electronics permettant les réparations de produits électroniques (systèmes d’info divertissement, calculateurs moteurs, tableaux de bord, écrans, commodos et boitiers électroniques).

L’offre concerne toutes les marques de véhicules et touchent un millier de produits. Elle sera accessible à tous les clients réparateurs de la marque ayant le catalogue Renaultparts, concessionnaires, agents, garages Motrio et MRA, soit 14 000 clients.

La France est le premier pays concerné par ce partenariat qui a démarré en novembre. Les autres pays d’Europe seront concernés durant le courant de l’année prochaine, à commencer par la Belgique.

Chaque produit confié par Renault à Faurecia sera diagnostiqué, réparé et contrôlé avant d’être retourné sous 3 à 5 jours en moyenne au garagiste. Les clients pourront ainsi avoir un choix alternatif très compétitif (entre -50% et -60% au niveau des tarifs) comparé aux pièces neuves.

« En complément de nos activités de reconditionnement et réparation de pièces qui seront développées au sein de la Re-Factory à Flins, nous avons souhaité intégrer en Europe une offre de réparation de pièces électroniques afin de répondre aux besoins de nos clients recherchant une offre économique et responsable » explique Xavier Kaufman, directeur du programme pièces et accessoires du groupe Renault dans le monde.

En parallèle de ses vertus écologiques, cette nouvelle offre doit permettre à Renault de proposer à ses clients, possesseurs d’un véhicule âgé (principalement de plus de 10 ans), une offre alternative à la pièce d’origine, plus économique, avec la volonté de toucher plus largement le parc ancien.

Sur ce segment de la pièce recyclée, Renault a désormais une réponse à trois niveaux : l’échange standard, proposé en moyenne à des tarifs 40 % moins chers que le neuf (une vingtaine de familles de produits concernées), la réparation et la pièce d’occasion, au catalogue de chez Renault depuis 2012 avec sa filiale Indra. Concernant cette dernière, le potentiel de développement est énorme selon Xavier Kaufman dont l’objectif est de mieux l’intégrer dans le système informatique de commandes. Sans oublier l’internationalisation de l’offre.

Voir aussi :

En partenariat avec le En partenariat avec CNPA
A la une
La quotidienne Auto-infos