Renault renégocie son accord de compétitivité

Publié le par

Le groupe a entamé des négociations avec les syndicats afin de renouveler l’accord de compétitivité scellé en mars 2013.

Renault renégocie son accord de compétitivité

Après quatre mois de négociations, les syndicats CFE-CGC, CFDT et FO signaient il y a trois ans avec la direction de Renault un projet dont l’objectif était d’améliorer la compétitivité des usines françaises du groupe, dans un contexte de baisse des ventes de véhicules neufs consécutive à la crise économique. Avec, pour conséquence, une surcapacité industrielle.

Trois ans après cette signature, l’accord touche à sa fin et l’heure est au bilan : pour le constructeur, cet accord de compétitivité à indéniablement porté ses fruits avec une rentabilité opérationnelle de 1,54 milliard d’euros au premier trimestre, un record pour le groupe, permis notamment par une reprise de ventes. Sur les huit premiers mois de l’année, le groupe a immatriculé 426 764 unités en France, un volume en hausse de 10 % par rapport à la même période en 2015. La progression est encore plus spectaculaire à l’échelle européenne, à 12 %.

7 200 emplois supprimés sans licenciements

Les termes de l’accord ont en outre été respectés puisque l’ajustement des effectifs, de 7 200 pour un objectif initial de 7 500, s’est opéré sans licenciements, mais a résulté des départs volontaires (75 % de départs en fin de carrière, de 15 % de période de mobilité ou de création d’entreprise). Parallèlement, le groupe a relancé en 2015 une vague de recrutements « dans une proportion trois fois supérieure à l’engagement de l’accord. »

Renault a ainsi recruté plus de 2 000 personnes en CDI dont 50 % des salariés de moins de 30 ans ainsi que 4 000 apprentis. En échange du maintien de tous les sites en France jusqu’à fin 2016, les salariés s’étaient de leur côté engagés à augmenter leur temps de travail, à accepter plus de mobilité mais aussi un gel des salaires la première année.

Un nouvel accord de compétitivité en fin d’année

C’est devant ces résultats que Renault a entamé aujourd’hui, jeudi 22 septembre, de nouvelles négociations avec les syndicats présents dans l’entreprise (CFDT, CFE-CGC, CGT et FO) afin de reconduire cet accord de compétitivité sur trois ans. Avec toujours, comme thèmes principaux, les emplois et les compétences, le temps de travail, mais aussi de performances industrielles et d’investissement. Au rythme d’une session de négociations tous les 15 jours, le groupe espère parvenir à un accord pour la fin de l’année.

En partenariat avec le En partenariat avec CNPA
A la une
La quotidienne Auto-infos