Résiliation des réseaux européens de Stellantis : le CECRA sera vigilant

Publié le par

Le CECRA (Conseil européen du commerce et de la réparation automobile) prend bonne note de l’annonce de Stellantis de résilier ses réseaux européens. En rappelant le problème rencontré par Peugeot avec son réseau en Autriche, il laisse entendre qu’il jouera un rôle de sentinelle dans ce dossier.

DR / Stellantis / PSA
DR / Stellantis / PSA

Le CECRA, présidé par Jean-Charles Herrenschmidt et dirigé par Bernard Lycke, annonce avoir pris bonne note de la décision de Stellantis de résilier ses réseaux européens. Une décision qualifiée de « radicale », surtout qu’elle doit intervenir au 31 mai 2021. Restera ensuite deux ans de concertation pour construire un schéma de distribution multi-marque qui doit entrer en vigueur en juin 2023. Un schéma qui a déjà en partie été mis en œuvre chez PSA, avec des fusions entre Peugeot et Citroën et parfois Opel. En clair, on peut imaginer des hubs Stellantis avec les principales marques de PSA et FCA, sans évoquer les règles de rémunération. Sous couvert d’anonymat, les réactions des distributeurs sont très variées. Pour l’un, à la tête d’un groupe très important, cela peut être une formidable opportunité de croissance, même si la vigilance s’imposera sur la négociation des conditions financières. Pour un autre, c’est le choix d’un rapport de force stérile et le fantasme d’un monde sans concession, d’un 100% de ventes directes en ligne.

Le CECRA précise que les distributeurs de la marque ont été directement prévenus dans certains cas seulement et qu’il n’y a pas eu d’envoi de lettre d’intention pour informer les partenaires de ce projet. Pour justifier sa décision, le futur Block Exemption européen (général au 1er juin 2022, automobile au 1er juin 2023) est mis en avant par la direction de Stellantis.

Le CECRA informe qu’il suivra avec rigueur l’évolution du dossier, en lien avec les groupements européens de concessionnaires de Citroën, Opel et Peugeot.

Le Conseil rappelle qu’il y a deux mois, le 22 mars 2021, après plus de deux ans de procédure, la Cour suprême autrichienne des cartels a condamné Peugeot, jugeant que l’importateur de la marque en Autriche avait abusé de « son pouvoir de marché » vis-à-vis du concessionnaire Büchl, « en violation du droit autrichien et européen de la concurrence ». En cause, notamment, des primes conditionnées à des sondages de satisfaction clients et un favoritisme pour les succursales de la marque.

Cette référence n’est pas anodine de la part du CECRA, surtout en perspective des négociations autour du futur Block Exemption. En clair, le CECRA veillera à ce que le futur schéma de distribution respecte un équilibre entre constructeurs et concessionnaires. Une posture juridique plus qu’un mouvement d’épaule.

En partenariat avec le En partenariat avec CNPA
A la une
La quotidienne Auto-infos