Rétrofit électrique : le changement de motorisation est officiellement autorisé

Publié le par

Attendu avec impatience par les nombreuses entreprises spécialisées dans cette activité, un arrêté ministériel reconnaît et encadre la pratique du rétrofit électrique.

Rétrofit électrique : le changement de motorisation est officiellement autorisé

En pleine crise sanitaire liée à la pandémie de Covid-19, et alors que l’industrie automobile souffre (à l’image de nombreux autres secteurs économiques), de bonnes nouvelles concernant certains acteurs peuvent survenir. L’association des Acteurs de l’Industrie du Rétrofit Électrique (AIRe) fait savoir que l’arrêté ministériel du 13 mars 2020 autorisant le remplacement du moteur thermique d’un véhicule de plus de cinq ans par un moteur 100 % électrique a été publié au Journal officiel ce jour.

« Le rétrofit est aujourd’hui officiellement reconnu comme une solution de mobilité durable et une activité porteuse d’emploi en France. C’est une bonne nouvelle écologique et économique. Le rétrofit va permettre de donner une seconde vie à des véhicules essence ou diesel. C’est une solution vertueuse de recyclage pour éviter de mettre au garage ou au rebut les véhicules thermiques soumis aux nombreux malus, restrictions de circulation, hausse des prix des carburants... » se réjouissent Arnaud Pigounides et Gérard Feldzer, les co-présidents de l’association AIRe.

Désormais, tous les véhicules de plus de 5 ans (voitures, véhicules utilitaires, camions, bus et cars) ainsi que les 2 et 3 roues de plus de 3 ans pourront faire l’objet d’une transformation électrique adaptées et de plus en plus économique en France.

En partenariat avec le En partenariat avec CNPA
A la une
La quotidienne Auto-infos