Sauveteur secouriste du travail

Publié le par

Les nouvelles technologies apportent généralement des avantages aux réparations automobiles mais induisent également de nouveaux risques. Devenir sauveteur secouriste du travail est d’autant plus bénéfique.

Sauveteur secouriste du travail

Avec plus de 14 000 accidents par an dans les entreprises du commerce et de la réparation automobile, il est nécessaire d’avoir des référents en matière de secourisme sur le lieu de travail. L’article R. 4424-15 du code du travail rend obligatoire la présence de sauveteurs secouristes dans les entreprises.

Protéger, alerter, secourir en cas d’accidents du travail ou de malaises font partis des missions du sauveteur secouriste du travail (SST). C’est également un acteur de la prévention de l’entreprise qui participe au repérage des situations dangereuses afin de limiter l’apparition d’un dommage. L’Institut national de recherche et de sécurité (INRS) recommande un effectif de 10 à 15 % de salariés SST. Les collaborateurs ayant reçu les instructions dans le cadre de la formation hygiène, sécurité, environnement, sont en capacité de maîtriser les gestes de premiers secours (saignement, brûlure, arrêt cardio-respiratoire…), d’identifier les sources de dommages et d’alerter les bons services. Tous les 24 mois, ils doivent maintenir leur certification en suivant une formation dite de recyclage pour conserver leurs compétences et être au fait des nouvelles techniques en matière de sécurité et de secourisme.

En partenariat avec le En partenariat avec CNPA
A la une
La quotidienne Auto-infos