Seat débarque sur le marché des SUV compacts avec son Arona

Publié le par

Sur les traces du précurseur Nissan avec son Juke, la majorité des constructeurs s’engage dans le marché fleurissant des SUV compacts. C’est au tour de Seat de sortir le grand jeu avec son Arona, petit frère de l’Ateca.

Seat débarque sur le marché des SUV compacts avec son Arona

Premier modèle de Seat sur le segment des SUV urbains, l’Arona aura fort à faire pour se distinguer parmi les nombreux concurrents qui ont bousculé le marché ces dernières années.
Pour s’imposer sur ce marché déjà bien représenté par les Captur et 2008, fraîchement restylés, ou Opel Mokka, Fiat 500X et Kia Soul, pour ne citer qu’eux, Seat mise sur la polyvalence de l’Arona, SUV compact mais baroudeur, modèle surélevé de l’Ibiza dont il partage la nouvelle plateforme MQB A0. L’Arona s’avère ainsi plus long de 7,9 cm et près de 10 cm plus haut par rapport à l’Ibiza avec, en conséquence, une garde au sol et garde au toit aux places avant et arrière plus importante, ainsi qu’un coffre de 400 l contre 355 l pour l’Ibiza. Dans la même optique, le SUV offre une position de conduite plus haute avec un siège plus haut de 5,2 cm. Les sièges passagers ont quant à eux été relevés de 6,2 cm avec, parallèlement, une hauteur sous plafond supérieure de 3,7 cm.

Quatre niveaux de finition

À ses dimensions caractéristiques s’ajoutent des éléments esthétiques ayant pour vocation de renforcer le côté dynamique et tout-terrain du SUV : protections au niveau des pare-chocs, arches de roues et jupes latérales en caoutchouc noir viennent parfaire l’ensemble. En option, sont également disponibles les bas de pare-chocs avec leur protection aluminium et les barres de toit. L’Arona, décliné en quatre niveaux de finitions (Reference, Style, FR et Xcellence), proposera une dizaine de systèmes d’aide à la conduite et d’info divertissement déjà déclinés par la marque sur ses autres modèles renouvelés, à l’instar du détecteur de fatigue, du freinage anti multi-collisions ou encore du régulateur de vitesse adaptatif.

L’Arona sera animé par trois moteurs essence, le trois cylindres 1.0 l EcoTSI de 95 ch ou 115 ch, le premier associé à une BVM5, le second avec une BVM6 ou à la boîte DSG 7 et le bloc TSI 4 cylindres de 150 ch. Une motorisation réservée à la finition FR et associée à la BVM6. Dans la gamme diesel, le 1.6 TDI disponible en 95 ch et 115 ch ouvre la gamme. La version 95 ch peut être couplée à une BVM5 ou à une boîte DSG 7. La version 115 ch s’accompagne d’une BVM 6.

Pérenniser les bons résultats permis par l’Ateca

Avec cet Arona présenté au grand public à l’occasion du prochain salon de Francfort, la marque espagnole poursuit son offensive produit, illustrée en 2017 par le restyage de sa Leon et sa nouvelle Ibiza. Pour l’Ibiza et l’Arona, la marque a d’ailleurs alloué 900 millions d’euros en investissements et dépenses R&D, enveloppe intégrée au montant total de 3,3 milliards d’euros pour la période 2015-2019. Cette offensive produit sera complétée d’ici à la fin de l’année par la présentation du grand SUV sept places, cousin du Skoda Kodiaq. Ainsi, au moment où ce nouveau SUV sera commercialisé, Seat aura lancé en moyenne un nouveau véhicule tous les six mois en deux ans et demi.

Un renouvellement vital pour la pérennisation des bons résultats de la marque, enregistrés notamment depuis le début de l’année. En France, selon les données Carmarket de Dataneo, le constructeur a écoulé près de 13 000 véhicules, soit un volume de ventes en hausse de plus de 21 %. Et ceci, grâce aux bonnes performances de l’Ateca dont plus de 3 600 exemplaires ont trouvé preneur.

<galleria10002|width=630>

En partenariat avec le En partenariat avec CNPA
A la une
La quotidienne Auto-infos