Signature de la Charte automobile

Publié le par

Signature de la Charte automobile

Michel Sapin, ministre du Travail, de l’emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social, et Thierry Repentin, ministre délégué à la Formation professionnelle et à l’apprentissage, ont signé le 20 décembre 2012 avec l’ensemble de la filière automobile, la Charte nationale de coopération pour le soutien et l’accompagnement des entreprises du secteur automobile et de leurs salariés.

Stratégique pour l’économie française avec plus de 800.000 salariés, la filière automobile a des effets d’entrainement majeurs sur le reste de l’économie. Or, cette filière est en difficulté : en 10 ans, l’emploi dans l’industrie automobile a reculé de 30% dans notre pays.

Le gouvernement a engagé le 25 juillet dernier un Plan de soutien à la filière automobile pour préparer un rebond durable de ce secteur. La Charte automobile s’inscrit dans les orientations fixées par ce Plan.
Elle mobilise l’ensemble des acteurs, organisations professionnelles - constructeurs et équipementiers de la métallurgie, de la plasturgie, du caoutchouc, du textile, mais également entreprises des services de l’automobile représentées par le CNPA - organisations syndicales et Etat autour d’une ambition partagée :

- mieux anticiper les compétences de demain pour former les salariés aujourd’hui ;
- donner un temps d’avance à nos entreprises en vue de soutenir l’emploi et l’activité.

Produit d’un dialogue social ancré dans l’action, la Charte soutiendra le développement des compétences des salariés, au travers notamment du plan "Compétences-Emplois" qui inclut un volet GPEC, et permettra la construction de passerelles professionnelles au sein de la filière ou à l’extérieur. La priorité sera donnée aux entreprises de moins de 250 salariés particulièrement exposées aux évolutions du secteur. Un financement de 60 M€ est prévu sur trois ans, dont près du tiers sera apporté par l’Etat.

Dans la « bataille pour l’emploi » qui est lancée, le gouvernement mobilise tous les outils à sa disposition : les politiques d’insertion professionnelle et d’incitation au recrutement, avec les emplois d’avenir et demain le contrat de génération ; les réformes structurelles, avec la négociation sur la sécurisation de l’emploi ; mais également le soutien aux filières stratégiques pour sécuriser les parcours et développer l’emploi.

Mots clefs associés à cet article : CNPA

Voir aussi :

En partenariat avec le En partenariat avec CNPA
A la une
La quotidienne Auto-infos
Recherche