Skoda sur la pente ascendante

Publié le par

Skoda France profite d’une gamme toujours plus pertinente et d’un positionnement judicieux pour enchaîner les années de croissance. Après 36 498 immatriculations en 2019, la firme vise les 41 000 livraisons en 2020, pour une part de marché de 2 %. Une étape qui doit conduire aux 3 % à l’horizon 2023.

© Skoda.
© Skoda.

Skoda France a le vent en poupe. La marque a immatriculé 36 498 voitures en 2019, soit une hausse de 16,2 % par rapport à 2018. Un résultat qui lui confère une part de marché de 1,65 %. « Notre plan GO 3000 visait une part de marché de 1,5 %. Aujourd’hui, notre plan Vision 2021 cible le taux de 2 % mais nous devrions atteindre ce pourcentage en 2020 et arriver à 2,3 % l’année suivante », commente Dorothée Bonassies, directrice de Skoda France. Une croissance entamée depuis quelques années grâce au rajeunissement et à l’élargissement de la gamme. L’arrivée de SUV et les renouvellements toujours plus qualitatifs de produits phares comme la Fabia et l’Octavia gomment progressivement l’image de voitures rustiques. Ces nouveaux modèles pertinents sont fidèles au positionnement « Simply Clever » de la marque. Une évolution soutenue par une communication grand public décalée et humoristique. « Nous sommes passés à l’offensive en matière de publicité depuis trois ans et nos campagnes ont été récompensées. Cela montre que Skoda émerge dans un paysage publicitaire encombré », explique Paul Barrocas, directeur marketing de Skoda France. Une stratégie qui se poursuit en 2020, avec l’atout supplémentaire des 125 ans de la marque. « Travailler l’image et la notoriété de la marque a permis d’élargir notre cœur de cible. Notre client type a 52 ans, il est donc plus jeune que la moyenne. Les revenus de son foyer atteignent 4 200 euros mensuels et même plus de 6 000 euros pour les acheteurs de Kodiaq », poursuit le directeur marketing. Le prix de vente moyen de Skoda s’élève ainsi à 27 205 euros (tarif catalogue), soit au-dessus de marques comme Peugeot (26 690 euros), Hyundai (25 905 euros), Kia (25 684 euros) ou Renault (23 521 euros). Ces résultats s’expliquent aussi par l’arrivée des deux premiers SUV de la firme.

Kamiq, futur best-seller

Sur l’année 2019, la meilleure vente de Skoda reste la Fabia, avec 9 882 immatriculations, devant l’Octavia (7 506 immatriculations). Cependant, la croissance de la marque repose sur les SUV. Le Kodiaq a représenté 5 588 unités, soit une hausse de 32 %, tandis que le Karoq a augmenté de 22,4 % pour atteindre 5 641 exemplaires. Enfin, l’année 2020 devrait être celle du nouveau Kamiq. Ce petit SUV a toutes les cartes en main pour prendre la première place des ventes de Skoda dans l’Hexagone. « Nous envisageons d’arriver autour des 8 000 voitures pour Kamiq », confirme Anthony Perier, directeur commercial de la marque. Les prochains mois seront aussi marqués par l’arrivée de la Citigo électrique, de la Superb hybride rechargeable et de la nouvelle Octavia, elle aussi proposée en version hybride. « Nous devrons bien gérer la transition entre l’actuelle et la nouvelle Octavia car ses ventes sont encore très bonnes » ajoute Anthony Perier. Enfin, l’année 2020 sera marquée par l’arrivée des deux SUV du segment A. Skoda présentera en effet un SUV classique et une version coupé. Ces nouveautés devraient aider la marque à progresser auprès des particuliers comme des professionnels.

Cibler les entreprises

L’une des priorités commerciales de Skoda cette année est la vente auprès des entreprises. Un axe de développement renforcé par l’avantage d’une gamme plutôt vertueuse en matière de rejets polluants. « Près de 63 % de notre gamme n’aura pas de malus lié au WLTP en mars prochain. Ce pourcentage monte même à 89 % par rapport aux modèles les plus vendus », précise Anthony Perier. La firme souhaite s’attaquer aux petites flottes et aux grands comptes grâce à des financements avantageux et au recrutement de vingt vendeurs spécialisés dans le domaine. D’autres recrutements auront lieu pour accompagner les ventes aux particuliers et l’élargissement de la gamme.

Réseau à agrandir

L’une des autres conséquences de cette croissance globale concerne le réseau. Il devrait passer de 150 points de vente actuellement à 200 en 2023. Au-delà de ces ouvertures à venir, les showrooms devront être agrandis pour accueillir les nouveaux modèles à venir. Avec une rentabilité moyenne de 1,7 % et un plan produits favorable, Skoda est confiant pour trouver des investisseurs dans les zones encore à pourvoir.

En partenariat avec le En partenariat avec CNPA
A la une
La quotidienne Auto-infos