Smart EQ, futur Tesla de la citadine électrique

Publié le par Jean-Christophe Lefevre

Depuis le 1er janvier 2020, Smart ne commercialise plus que les versions électriques EQ de ses Fortwo et Forfour. Un pari moins osé qu’on ne le pense.

© Smart.
© Smart.

Smart est le premier constructeur à avoir renoncé totalement aux motorisations thermiques – songez qu’il existait même une Fortwo diesel ! – pour ne plus vendre que des électriques. Il rejoint le club encore assez fermé des full electric avec une équation à résoudre : repositionner le prix de ses citadines pour que le prix de vente, forcément plus élevé que les versions essence, demeure attractif.
C’est donc à l’occasion de son restylage assez réussi à l’été dernier que la Smart est devenue encore plus Smart, c’est-à-dire une citadine électrique qui aurait dû être sa vocation première en adéquation avec son utilisation. D’ailleurs pour la France, les versions électriques représentaient déjà un bon tiers des ventes malgré un prix qui débute désormais à 26 500 euros en Fortwo Passion et 27 350 euros en Forfour Passion. La finition Prime totalement équipée nécessite 2 000 euros supplémentaires et la maison mère allemande a décidé de simplifier la gamme : toutes les autres finitions sont supprimées, y compris la Business.

Une autonomie toujours limitée

Au moins les choses sont claires pour le commerce tout comme pour le client qui sera aussi placé devant un choix assez limpide : une seule puissance de 60 kW (82 ch) et une seule batterie de 17,6 kWh qui doit assurer 120 kilomètres d’autonomie (WLTP). Un peu « court » pour une voiture électrique mais s’agissant de la Fortwo (2,69 m de longueur), son utilisation est très majoritairement urbaine alors que pour la Forfour (3,49 m), on sera plus dubitatif, surtout que sa taille laisse de la place dans le plancher pour une batterie plus puissante. Cette dernière peut prétendre à plus de polyvalence, d’autant plus que ses prestations routières sont assez correctes avec un confort suffisant des suspensions. Ce qui est moins le cas de la Fortwo. En tout état de cause, faire demi-tour en ville dans un mouchoir de poche demeure l’atout de ces Smart EQ. Précisons enfin que le chargeur embarqué de 4,6 kWh immobilise la voiture pendant 6 heures sur une prise domestique, 3 h 30 avec une wallbox et que le chargeur optionnel à 1 000 euros de 22 kWh est fortement recommandé car il fait passer le temps de recharge à quarante minutes (de 10 à 80 %).

Voir aussi :

En partenariat avec le En partenariat avec CNPA
A la une
La quotidienne Auto-infos