Stampyt valorise les photos de véhicules en ligne

Publié le par

La start-up nantaise Stampyt propose aux marques et à leur réseau de dynamiser leurs ventes de véhicules en ligne via son outil permettant de produire, traiter et diffuser des photos de qualité.

Stampyt valorise les photos de véhicules en ligne

Les chiffres sont éloquents : une annonce avec photos est sept fois plus consultée qu’une annonce sans. C’est parti de ce constat que quatre collègues d’une agence de communication digitale ont créé leur start-up baptisée Stampyt, basée en Vendée. Sa vocation : « Apporter un outil aux constructeurs et à leur réseau pour qu’ils puissent produire des photos uniformes et qualitatives de véhicules, gages de véhicules valorisés donc mieux vendus », explique Alexandre Launay, co-fondateur. Pour ce faire, Stampyt a construit son offre autour d’un outil permettant à ses clients de maîtriser toute la chaîne de valeur de la photo, de sa prise à son traitement en passant par sa diffusion. Pour la prise de photo, la start-up nantaise propose son application mobile Stampyt Auto qui guide l’utilisateur via des process définis.

« Notre mission est d’aider, via cette application, à réaliser des photos de qualité en un minimum de temps », détaille Alexandre Launay. Plus besoin d’installer des studios photo au sein des concessions : l’application propose différents cadres standards, personnalisables selon les envies et besoins, pour optimiser les prises de vues, mais aussi le détourage photos afin de rendre le fond homogène. Le vendeur, impliqué dans le process qualité, doit valider chaque photo prise. L’application est reliée au DMS pour afficher en temps réel les véhicules qui doivent être photographiés.

Des annonces trois fois plus consultées

Stampyt propose d’enrichir l’expérience du client en ligne avec une option de photos à 360 degrés. Et ce, même pour les clichés qui n’ont pas été pris avec l’application. L’outil permet de retraiter n’importe quelle séquence photo pour obtenir une photo à 360 degrés. Cette dernière peut être également diffusée et hébergée par la start-up. Les photos sont transférées vers le DMS du client ou directement vers les sites web.
Avec sa solution, Stampyt avance un gain de temps : alors qu’un vendeur passe en moyenne 30 minutes à photographier un véhicule et envoyer les clichés, la start-up propose la prise de photos, leur traitement et leur envoie en cinq minutes.

Mais aussi de meilleures performances en termes de consultation. « Une annonce comportant des photos réalisées avec Stampyt est trois fois plus recliquée. Nous avons également constaté que le temps de visite d’une annonce avec une photo à 360 degrés est multiplié par deux », souligne Alexandre Launay. Le co-fondateur met également en avant un outil déterminant pour la création de leads qualifiés. « La qualité de la photo va être déterminante dans l’appréciation de l’expérience client », souligne-t-il.

150 concessions équipées

Lancé en septembre 2016, l’offre de Stampyt se négocie entre 300 et 450 euros HT, un tarif qui inclut la mise en service, la personnalisation des process mais aussi la formation des équipes. S’ajoute le coût de la licence qui prend la forme d’un engagement annuel, calculé au prorata du volume de véhicules vendus. Dans le domaine automobile, la start-up compte comme clients des constructeurs tels qu’Audi, Daimler mais aussi des groupes de distribution d’envergure comme Lempereur, Hess, Dubreuil et Renault Retail Group. 150 concessions sont aujourd’hui équipées, soit un volume d’environ 130 000 photos par mois et 10 000 véhicules.

Des clients qui pourront à moyen terme bénéficier d’une autre technologie : une expérience de réalité virtuelle. « Nous souhaitons accompagner une nouvelle typologie d’acteurs qui veulent se lancer dans la vente en ligne et devenir leader sur le secteur à l’horizon 2018, avec un déploiement prévu au Royaume-Uni, en Allemagne, en Italie, en Espagne mais aussi en Belgique », conclut Alexandre Launay. La start-up ambitionne également le déploiement de sa solution dans d’autres secteurs d’activités porteurs et en voie de digitalisation tels que la mode ou encore l’ameublement.

Voir aussi :

En partenariat avec le En partenariat avec CNPA
A la une
La quotidienne Auto-infos