Stellantis met le turbo sur l’électrique

Publié le par

À l’horizon 2030, Stellantis vise désormais 70 % des ventes en véhicules électrifiés. Un objectif très ambitieux qui suppose que le constructeur se mette en ordre de marche. Les détails par Carlos Tavares...

© Stellantis
© Stellantis

Le 15 avril dernier, lors de l’assemblée générale des actionnaires, Carlos Tavares, directeur général de Stellantis, a déroulé les principaux points de sa nouvelle stratégie d’électrification. Et force est de constater que l’électrique n’est plus une option parmi d’autres comme c’était le cas avec PSA. Dans les dix prochaines années, avec un point de passage en 2025, c’est l’ensemble du groupe qui va organiser l’ensemble de ses activités autour de l’électrique.

Cette accélération vers l’électrique n’a rien d’étonnant. Elle rejoint celle de nombreux constructeurs qui, depuis quelques mois, annoncent des ventes électriques comprises entre 70 et 100 %. Carlos Tavares a opté pour 70 % comme l’a d’ailleurs fait récemment la marque Volkswagen.

« L’électrification est aujourd’hui le challenge numéro un de l’industrie automobile dans le monde », a déclaré le dirigeant en préambule.

Rappelant à cette occasion que les ventes de véhicules électrifiés dans le groupe ont été multipliées par trois entre 2020 et 2021, le dirigeant ambitionne d’en commercialiser 400 000 unités en 2030 pour faire de Stellantis le leader du marché avec 5 % de parts de marché.

La marche vers ce passage à l’électrique est très haute. Elle suppose ainsi que le groupe commercialise 38 % de véhicules électrifiés en Europe en 2025 puis 70 % en 2030. Ce taux serait de 31 % aux États-Unis puis 35 % en 2030 où le développement de ces nouvelles motorisations sera plus lente que sur le Vieux Continent. Le constructeur envisage ainsi que 98 % de l’offre de véhicules sera composée de véhicules électrifiés en Europe dès 2025.

Couverture de tous les segments et toutes les régions en électrique

Pour réussir cette transition, Stellantis devra se mettre en ordre de marche sur l’ensemble des segments et dans l’ensemble des régions du monde. Le constructeur déploiera ainsi un écosystème solide dédié et évolutif afin de le reproduire dans les régions en fonction de leur rythme vers l’électrification.

Les annonces les plus importantes ont été faites à cette occasion. Carlos Tavares promettant la mise en place de quatre nouvelles plateformes pour produire les prochains modèles électriques. Baptisées STLA, elles permettront d’engranger des autonomies jamais atteintes aujourd’hui (de 500 à 800 kilomètres). Elles concerneront à la fois les petites citadines, les véhicules moyens, les grandes berlines ou SUV ainsi que le SUV et les pick-up.

Contrôler 80 % de la valeur d’un véhicule électrique produit

L’efficience et la rentabilité restent au cœur de la stratégie de Carlos Tavares. Une marque de fabrique qui était déjà omniprésente avec le groupe PSA. Sur l’électrique, le dirigeant compte contrôler « 80 % de la valeur des véhicules électriques qu’il produit ».

Une ambition qui suppose de contrôler la production des batteries. Pour cela, Stellantis compte déployer des usines à travers le monde et conclure des partenariats lui permettant d’atteindre 130 gigawatts-heure (GWh) de batteries d’ici à 2025 et 250 GWh d’ici à 2030. Les premières usines seront déployées en France et en Allemagne.

De nouvelles annonces au niveau cette stratégie électrique devraient être faites par le groupe le 8 juillet prochain. Au plus tard, début 2022, le groupe présentera également son plan pour le marché chinois, incontournable pour la réussite du constructeur.

Mots clefs associés à cet article : Stellantis

Voir aussi :

En partenariat avec le En partenariat avec CNPA
A la une
La quotidienne Auto-infos