Stellantis prévoit d’injecter 30 milliards d’euros pour soutenir sa stratégie d’électrification

Publié le par

Stellantis vient de dévoiler sa stratégie d’électrification. À horizon 2025, le groupe né de la fusion entre PSA et Fiat-Chrysler Automobiles (FCA) compte investir plus de 30 milliards d’euros dans l’électrique et les logiciels.

© Stellantis
© Stellantis

À l’occasion de sa conférence digitale EV Days 2021, le groupe Stellantis présidé par Carlos Tavares a, sans surprise, confirmé son intention d’accélérer en matière d’électrification au cours des prochaines années. Le dirigeant a rappelé qu’il ne s’agissait pas « d’un one-man show » mais d’une ambition collective qui serait impossible sans la mobilisation de toutes les équipes sur le terrain. Ainsi, les quatorze marques du groupe seront mises à contribution et devront relever les objectifs fixés sur chaque zone d’implantation. « Notre stratégie d’électrification est très probablement la brique la plus importante à poser alors que nous commençons à dévoiler le futur de Stellantis, six mois à peine après sa naissance. L’ensemble du groupe est entièrement mobilisé pour anticiper les demandes des clients et jouer son rôle dans la façon dont le monde actuel évolue », souligne Carlos Tavares.

Pour soutenir ses marques, le groupe Stellantis prévoit donc d’investir plus de 30 milliards d’euros d’ici à 2025 dans l’électrification et le software. Stellantis a également précisé ses objectifs en matière de ventes : atteindre 70 % de ventes de voitures particulières à faible émission en Europe et plus de 40 % aux États-Unis à l’horizon 2030 (véhicules utilitaires légers compris). Parallèlement, l’entité entend accroître son leadership dans le domaine des véhicules utilitaires en Europe et renforcer sa position en Amérique du Nord dans le but de « devenir le numéro un mondial des véhicules utilitaires électriques ». Le déploiement de l’électrification des VU sera étendu à toute la gamme et toutes les régions du monde dans les trois prochaines années, y compris l’offre de fourgons de dimensions moyennes à pile à combustible d’ici à fin 2021.

Enfin, comme convenu les batteries et les composants électriques seront produits dans cinq grosses usines en Europe et en Amérique du Nord, auxquelles viendront s’ajouter des contrats complémentaires et des partenariats pour répondre à la demande globale. L’entreprise compte réduire les coûts liés aux batteries des véhicules électriques de plus de 40 % jusqu’en 2024 et de plus de 20 % supplémentaires d’ici à 2030. Le président a par ailleurs annoncé « qu’après la France et l’Allemangne » Stellantis était parvenu à trouver un accord avec l’Italie pour que le site de Termoli participe également à la fabrication de batteries.

Voir aussi :

En partenariat avec le En partenariat avec CNPA
A la une
La quotidienne Auto-infos