Suzuki compte sur l’hybridation de sa gamme pour bien terminer l’année 2020

Publié le par

© Auto Infos
© Auto Infos

Le 24 juin dernier, sur le circuit Jean-Pierre Beltoise à Trappes, Suzuki présentait ses deux modèles Ignis et Swift Sport désormais pourvus de la technologie mild-hybrid. L’occasion pour Stéphane Magnin, directeur de la marque en France, de faire le point sur la crise sanitaire et la gestion de cet après-Covid.

L’ensemble de la gamme en Hybrid

Comme annoncé depuis deux ans, ces nouveaux modèles Ignis et Swift Sport embarquent donc la technologie Hybrid avec une nouvelle batterie de 10 Ah contre 3 Ah auparavant. L’ensemble de la gamme commercialisée en France est désormais proposée exclusivement en mode hybride. Une bonne nouvelle pour les rejets de CO2 qui passe à 114g en WLTP (89 g en NEDC contre 98g pour la version thermique simple) et 135 g (WLTP) pour la Swift Sport. Ce modèle affiche aussi 106 g CO2/km en NEDC contre 125 g précédemment.

Covid-19 : un impact sur la production

Comme c’est le cas pour l’ensemble des constructeurs automobiles, la crise sanitaire a eu un impact sur la production de véhicules. Suzuki affiche une production de 71% par rapport à l’année précédente pour un total de 7999 934 unités produites. Ce taux est porté à 83% pour les usines du Japon et 66% en Inde.

Un impact sur les ventes

Le confinement en vigueur en France du 17 mars au 11 mai 2020 a eu évidemment le même impact sur les ventes la fermeture obligatoire de l’ensemble des show-rooms du réseau. A cela s’ajoute le retard pris par la marque sur deux premiers mois de l’année. En mai, Suzuki affiche des ventes de 611 unités en mai contre 3800 au 22 juin. A noter qu’en mars, la marque nippone n’a officiellement immatriculé que 311 unités en raison de problèmes techniques avec le nouveau logiciel d’homologation eCoc.

"Dès la réouverture en mai, la reprise a été beaucoup plus forte que nos attentes", rappelle Stéphane Magnin. Depuis le début de l’année, la marque a commercialisé 6816 unités pour une part de marché de 1,10% soit un recul de -52,5% contre -42,1% pour le marché français.

A noter que sur le marché de l’hybride non rechargeable en France, la marque occupe une confortable troisième place derrière Ford et Toyota. Au niveau des canaux de vente, le constructeur vend principalement aux particuliers (71%), tandis que les sociétés et la LLD ne représentent que 3% des ventes. En raison des nombreux lancements successifs, le canal des véhicules de démonstration est monté à 24%.

Un atterrissage à 21500 unités pour 2020

Alors que la marque envisageait des volumes de 26 à 27000 unités avant la crise Covid, l’atterrissage de fin d’année se situe plutôt à 21500 unités tout espérant aller chercher un volume de 23 à 24 000 voitures vendues ce qui lui permettrait d’avoir une part de marché d’au moins 1,4%.

Côté réseaux, Suzuki possède aujourd’hui 208 points de vente pour un total de 126 investisseurs. A noter trois nominations récentes à Gap, Vénissieux et Saint-Lô.

Voir aussi :

En partenariat avec le En partenariat avec CNPA
A la une
La quotidienne Auto-infos