Suzuki France vise les 30 000 ventes en 2019

Publié le par

Depuis 2015, Suzuki a lancé six nouveautés et accru la qualification de son réseau. Prochain objectif du constructeur japonais en France : atteindre les 30 000 ventes de voitures neuves d’ici à deux ans en surfant notamment sur le succès des ventes de la Swift troisième génération, de l’Ignis, ou encore des SUV S-Cross et Virara.

Le directeur de l’activité automobile de Suzuki France a le sourire. Sur un marché en progression de 3,9 %, les immatriculations de Suzuki (17 911 unités) ont bondi de 22,6 % à la fin septembre, soit une part de marché de 1,14 %. Fort de ces bons chiffres, Stéphane Magnin ambitionne d’écouler 30 000 véhicules neufs à l’horizon 2019, dont 5 000 unités auprès des sociétés.

Produits-phare

L’offre du constructeur, toujours focalisée sur le créneau des petits modèles populaires, comme sur celui des 4x4, a été étoffée par une Swift troisième génération et l’Ignis. Élaborés sur la base de la nouvelle plateforme Heartect, ces deux modèles sont proposés en versions deux ou quatre roues motrices (Allgrip).

Spécialement soignée côté habitabilité et confort de vie, plus légère et spacieuse avec notamment un coffre de 265 litres, la première est une petite berline compacte de 3,84 mètres. Dotée des dernières innovations technologiques en matière de sécurité active et passive, la Swift est proposée au prix moyen de 16 700 euros. Sous son capot, on trouve deux moteurs essence (un trois cylindres de 1,0 litre Boosterjet de 110 chevaux et un quatre cylindres de 1,2 litre Dualjet, de 90 chevaux). Ces blocs affichent une consommation mixte de près de 4 litres aux 100 kilomètres pour un taux d’émission de CO2 de 100 g/km. Ces deux motorisations pouvant être agrémentées de la technologie SHVS (Smart Hybrid Vehicle By Suzuki). Enfin, le bloc moteur 1,2 litre Dualjet peut être associé à une boîte de vitesse automatique à six rapports.

De son côté, l’Ignis (3,70 mètres de longueur) hérite des mêmes atouts techniques que sa sœur. Ses tarifs vont de 12 790 à 17 890 euros TTC. De quoi se distinguer face à la Fiat Panda, l’Opel Adam, la Renault Twingo ou encore le Cross Up Polo !

Réseau

L’autre arme de l’importateur nippon pour atteindre cet objectif de 30 000 ventes repose sur un réseau stable. Fort de 201 points de représentation (dont 159 concessions multimarques, 42 sites exclusifs, et 33 entités secondaires), le réseau est composé de petites structures ultra-professionnalisées détenues par 148 investisseurs (168 contrats). Le résultat se traduit par un taux de rentabilité supérieur à 1 % sur chiffre d’affaires HT. De quoi réécrire le slogan « Small is beautifull » en japonais.

Alain Bulduc, concessionnaire Suzuki

Ancien agent Opel, c’est sous les couleurs de Suzuki qu’Alain Bulduc a accédé au statut de concessionnaire. La marque lui a confié sa représentation sur le territoire du Bas-Rhin, plus précisément au nord et au sud de Strasbourg… Il a pour mission d’étoffer son organisation via la nomination d’un agent à Saverne, avant de couvrir les zones d’Obernai et de Sélestat.
Travaillant avec son fils Jonathan, ce décideur a vendu en 2016 un volant de 160 VN pour un taux de pénétration sur son marché local de près de 1 %. Dans le même temps, il a livré 200 VO et réalisé un chiffre d’affaires de 7 millions d’euros agrémenté d’une marge de rentabilité positive de 0,43 % HT (30 000 euros environ). Pour 2017, il ambitionne de commercialiser 220 Suzuki neuves. En complément de son activité, il représente les marques Isuzu (30 VN), mais aussi celle des voiturettes Ligier et Microcar.

En partenariat avec le En partenariat avec CNPA
A la une
La quotidienne Auto-infos