Thierry Lespiaucq, groupe VW France : « Il n’y a pas d’affaire de falsification des chiffres de ventes »

Publié le par

À l’occasion de la présentation en première mondiale du SUV T-Roc, Thierry Lespiaucq, nouveau président du groupe Volkswagen en France, répond aux questions d’Auto Infos.

Thierry Lespiaucq, groupe VW France : « Il n’y a pas d’affaire de falsification des chiffres de ventes »

A. I. : Deux ans après le scandale du dieselgate, comment se porte le groupe Volkswagen en France ?

T. L. : Le groupe se porte aussi bien qu’il peut aller. Nous avons dû faire face à une secousse financière et culturelle mais, aujourd’hui, nous avons atteint un niveau de rentabilité acceptable, les provisions nécessaires ont été faites et nos immatriculations à fin juillet ont légèrement augmenté, ce qui nous a permis de dépasser notre record de ventes. Nous avons surmonté cette crise qui, in fine, nous a donné l’opportunité d’accélérer plus fort sur les projets de long terme, à savoir l’électrification des gammes ou encore l’évolution du réseau de distribution aussi bien en vente qu’en après-vente..

A. I. : Où en est l’affaire des potentiels chiffres de ventes truqués révélée par le quotidien allemand Der Spiegel ?

T. L. : Les choses ont été déformées, interprétées, mais en réalité, il n’existe aucune affaire concernant des chiffres de ventes falsifiés : ces chiffres sont parfaitement clairs et corrects. Il s’agit d’une affaire de reporting interne, qui n’a aucun impact extérieur et ne se répercute pas sur les chiffres annoncés.

A. I. : Comment vous sentez-vous dans vos nouvelles fonctions, que vous avez prises dans un contexte difficile pour le groupe ?

T. L. : J’ai rejoint le groupe Volkswagen en rentrant en France en 2004, j’ai ensuite effectué deux missions à l’étranger. Aujourd’hui, je suis de retour au bercail, dans un groupe dont je connais la culture, les marques et le réseau. Être directeur de filiale, c’est un métier que je fais depuis longtemps, depuis 1998 précisément. J’ai donc vécu la crise en direct puisque je gérais une filiale à ce moment-là. Mais aujourd’hui, le groupe Volkswagen est en bonne forme, prêt à gérer de nouveaux projets.

A. I. : Quelle est l’image du groupe aujourd’hui ?

T. L. : Les Français savent que Volkswagen a été dans la tourmente, mais comme l’ont été finalement beaucoup d’autres constructeurs ensuite. La marque a pris le choc frontalement, avec un certain nombre de valeurs impactées. Il va falloir redresser tout cela, en appuyant sur nos qualités en matière de technologies aussi bien thermiques qu’alternatives avec nos gammes électrique et hybride rechargeable. Nous comptons sur la résilience forte du groupe qui bénéficie d’une très bonne image auprès du public.

Retrouvez l’interview complète de Thierry Lespiaucq dans la prochain numéro d’Auto Infos à paraître fin septembre.

En partenariat avec le En partenariat avec CNPA
A la une
La quotidienne Auto-infos