Toyota teste la conduite autonome à Bruxelles

Publié le par

Toyota Motor Europe va introduire un véhicule autonome dans le centre de Bruxelles pour tester son évolution dans une ville européenne. Une expérimentation menée dans le cadre du programme européen de recherche L3Pilot.

Toyota teste la conduite autonome à Bruxelles

Toyota Motor Europe (TME) s’apprête à lancer un programme de test en conditions réelles de conduite autonome à Bruxelles. Une Lexus LS effectuera donc le même trajet en boucle pendant les 13 prochains mois dans le centre-ville de Bruxelles pour étudier l’impact des comportements humains sur un véhicule autonome. L’objectif de ces essais « est d’étudier les comportements divers et complexes des humains et leur impact sur les besoins des systèmes de conduite autonome. Il est donc essentiel de comprendre les comportements, face à la complexité et à la population très diverse d’une grande ville comme Bruxelles, la capitale européenne où cohabitent plus de 184 nationalités. Après le succès des essais menés sur routes ouvertes au Japon et aux Etats-Unis, nous ajoutons maintenant le contexte européen au système d’apprentissage de la voiture » explique Gérald Killmann, vice-président R&D de TME.

Conducteur au volant

La Lexus LS qui circulera dans le centre de Bruxelles possèdera l’équipement partagé par la grande majorité de véhicules autonomes : lidar, radars, caméras et logiciel de géolocalisation particulièrement précis. Un conducteur sera présent au volant en permanence pour reprendre le contrôle de la voiture en cas de problème et un passager sera chargé de surveiller le système de conduite déléguée. L’approche de Toyota en matière de conduite autonome repose sur deux types d’intervention. Le mode Gardien surveille en permanence le conducteur et intervient en cas de besoin. Le mode Chauffeur assure la totalité des fonctions de conduite du véhicule. Le test de Bruxelles s’inscrit également dans le cadre du projet européen L3Pilot. Ce dernier rassemble d’autres constructeurs comme le groupe Volkswagen, BMW, Daimler, FCA, Ford, Honda, Jaguar/Land Rover, PSA, Renault et Volvo. Il regroupe aussi des équipementiers, des universités et des représentants des pouvoirs publics. Lancé en 2017, ce programme doit durer quatre ans et bénéficie de financements de la Commission Européenne. Il devrait mener à un essai à plus grande échelle, qui concernera 1000 conducteurs, 100 voitures et 10 pays d’Europe.

Voir aussi :

En partenariat avec le En partenariat avec CNPA
A la une
La quotidienne Auto-infos