Toyota veut favoriser l’essor des solutions hydrogène via la coopétition

Publié le par

Toyota met sa technologie de pile à combustible à la disposition de partenaires commerciaux, afin d’accélérer le déploiement de l’hydrogène. Le groupe vient d’ailleurs de rejoindre l’association Japon Hydrogène, et de créer une division baptisée Fuel Cell en Europe.

© DR / Toyota
© DR / Toyota

Société sans émission de gaz à effet de serre, objectif de neutralité carbone, Toyota mise beaucoup sur l’hydrogène à l’échelle mondiale et compte intensifier la promotion de cette technologie qui suscite actuellement beaucoup d’attentes dans l’univers des mobilités (VL, PL, autobus, chariots élévateurs, groupes électrogènes, bateaux, trains…). Au Japon, aux États-Unis, mais aussi en Europe, les récents plans nationaux annoncés en Allemagne ou en France en témoignent.
Au Japon précisément, Toyota vient de rejoindre l’association Japon Hydrogène (JH2A) qui réunit 87 groupes (Toyota, Sumitomo, Iwatani, Eneos, Kawazaki Heavy Industries, Kobe Steel, Kansai, Toshiba…).

Créer des écosystèmes H2

En Europe, Toyota Motor Europe (TME) vient de créer une division baptisée Fuel Cell (pile à combustible) pour encadrer ses activités sur ce marché. Basée au siège de Bruxelles, cette entité sera chargée de réaliser un « business case » autour de l’hydrogène et de soutenir son implantation dans différents secteurs, la mobilité notamment, en mettant la technologie Toyota à la disposition de nouveaux partenaires commerciaux. Cette décision confortera la stratégie à long terme de développement durable de l’entreprise, afin d’avoir un impact plus profond sur la réalisation des ODD (Objectifs de développement durable, définis par l’ONU).

Des ventes de véhicules à PAC multipliées par dix à court terme


« Les avantages de l’hydrogène sont évidents. Pour cette raison, nous anticipons une multiplication par dix, à court terme, de nos ventes mondiales de notre technologie de pile à combustible et nous avons considérablement augmenté notre capacité de production. Toyota montre la voie en investissant fortement dans la société hydrogène – par le biais de véhicules nouvelle génération, l’ouverture à de nouveaux marchés et de nouvelles applications technologiques –, ainsi que dans une capacité de production supplémentaire de piles à combustible et dans sa structure européenne », a récemment martelé Thiebault Pâquet, directeur de la division Fuel Cell, lors d’un discours officiel au Kenshiki Forum.

Toyota vient de présenter les détails de la nouvelle génération de Mirai, qui sera mise à la route en 2021 avec une pile à combustible largement optimisée. « Pour accélérer l’adoption de l’hydrogène, Toyota se concentrera sur des zones géographiques spécifiques, des écosystèmes où il existe une infrastructure locale d’approvisionnement en hydrogène pour les flottes de véhicules et les services de mobilité. Par son activité, l’entreprise compte stimuler la demande d’hydrogène, ce qui devrait diminuer les coûts, renforcer la viabilité de l’infrastructure et attirer en retour davantage de clients », explique le groupe.

Voir aussi :

En partenariat avec le En partenariat avec CNPA
A la une
La quotidienne Auto-infos