[Tribune] Xavier Horent, CNPA : « Vive l’apprentissage »

Publié le par

À quelques semaines du lancement de la sixième édition de la Semaine des services de l’automobile et de la mobilité (SSAM), qui aura lieu du 30 janvier au 6 février 2021, le délégué général du CNPA nous livre, en quatre épisodes, un message pertinent et plein d’espoir pour la jeunesse dans les métiers des services automobiles.

© CNPA
© CNPA

Troisième épisode

Second coup de main à apporter : participer à une active valorisation des métiers dits « techniques ». Trop longtemps, notre pays les a dévalués, préférant une course aux diplômes « supérieurs » par différence avec les activités simplement « manuelles ».
C’est une folie, que nous continuons de payer au prix fort. Avant la Covid, notre pays comptait déjà plus de 1,3 million de jeunes sans emploi et sans qualification. C’est un immense gâchis humain avant d’être un scandale. C’est une aberration économique et un risque majeur pour la cohésion sociale. Comment accepter en effet de voir des jeunes sans métiers, et des métiers sans jeunes ?

L’apprentissage fait partie des solutions – assurément l’une des plus prometteuses – à une situation dénoncée depuis des années. Il constitue une voie de réussite ainsi qu’une réalité d’embauche qualifiée pour les employeurs. Sept mois après leur sortie de formation, 69 % des anciens apprentis – et 72 % dans l’automobile – ont un emploi, très majoritairement en CDI. La moitié des apprentis sont embauchés dans leur entreprise d’accueil. Plus le niveau de formation est élevé, plus l’insertion professionnelle augmente : dans nos métiers, près de 82 % des apprentis en emploi déclarent occuper un poste en adéquation avec leurs spécialités.

Pourtant, cette voie de formation ne parvient pas toujours à faire naître la confiance, et les passerelles entre l’école et l’entreprise —ıvieux débat ! – restent trop étroites pour des raisons essentiellement idéologiques. Alors que nos voisins en ont fait le socle de l’intégration de leur jeunesse – 65 % des jeunes suivent une formation en apprentissage en Suisse, par exemple – nous peinons à lui trouver une place centrale. Malgré les progrès de la période récente, les chiffres sont cruels : nous formons encore deux à trois fois moins de jeunes par apprentissage que dans les pays qui ont fait significativement reculer le chômage.

Spécialité française, beaucoup de rapports ont été produits. Toutes les dimensions de l’apprentissage ont été maintes fois analysées, mais laissées au bord de la réforme, ou alors retouchées à la marge. Le résultat, c’est un système qui perdait les familles et les entreprises. Le résultat, c’est un taux de chômage des jeunes supérieur à 20 %, une précarisation alarmante, et une pénurie de main d’œuvre persistante dans les services de l’automobile de l’ordre de 15 000 postes par an. Or, nous sommes attendus par les familles et les entreprises qui se fichent des querelles du microcosme. Elles veulent des réponses concrètes à leurs problèmes quotidiens, elles veulent un système qui est pensé en fonction de leurs besoins et de leurs attentes.

L’apprentissage avait besoin d’une révolution copernicienne. Elle a été menée en 2018, en provoquant beaucoup de remises en question et de critiques, parfois tout à fait fondées. Suppression des cartes régionales de formation, suppression du rôle de puissance de droit commun pour les conseils régionaux, instauration d’un dispositif basé sur une concurrence équitable grâce à une politique de prise en charge unique par diplôme, mise en place d’un socle « qualité » pour tous les acteurs de l’apprentissage, création des OPCO – dont un dédié, précisément, à la mobilité, l’OPCO « M », etc. Il faut plus de recul pour en mesurer les effets et stabiliser le nouveau système sur des bases solides, d’autant que la Covid a mis en suspens la réussite d’une réforme encore peu lisible.

Nul doute cependant que les services de l’automobile sauront s’adapter à cette nouvelle donne avec le pragmatisme qui les caractérise.

Voir aussi :

En partenariat avec le En partenariat avec CNPA
A la une
La quotidienne Auto-infos