Tricherie sur les contrôles antipollution : VW se retire partiellement des États-Unis

Publié le par

Accusé d’avoir délibérément contourné les normes antipollution américaines par des manipulations sur ses véhicules, le groupe Volkswagen a annoncé qu’il cessait de commercialiser certains de ses modèles diesel Volkswagen et Audi aux États-Unis.

Tricherie sur les contrôles antipollution : VW se retire partiellement des États-Unis

2015 aura été l’année de la tourmente pour Volkswagen : déjà agité par une guerre intestine entre chefs, le groupe doit aujourd’hui faire face à un scandale concernant le non-respect des normes antipollution américaines. Après avoir pratiqué des tests sur les véhicules du groupe, l’Agence américaine de protection de l’environnement et le California air resources Board accusent le groupe d’avoir équipé près de 480 000 modèles vendus aux États-Unis d’un logiciel destiné à masquer leur véritable niveau de gaz polluants.

Réaction quasi immédiate de Martin Winterkorn, président du directoire de Volkswagen suite à ces accusations. « Le conseil d’administration de Volkswagen prend ces résultats très au sérieux. Personnellement, je suis profondément désolé d’avoir déçu nos clients et le public. Nous allons coopérer pleinement, très rapidement, et en toute transparence avec les organismes responsables, afin d’établir clairement et avec exactitude tous les faits liés à cette affaire ». Le groupe a par ailleurs ordonné une enquête interne et a rappelé les 480 000 véhicules concernés.

Le groupe dévisse en bourse et se retire partiellement des États-Unis

Mais ces excuses n’auront pas permis d’éteindre l’incendie pour Volkwagen qui risque une amende de 16 milliards d’euros. Dans la foulée, le groupe a annoncé qu’il cessait jusqu’à nouvel ordre de vendre aux États-Unis ses modèles diesel quatre cylindres Audi et Volkswagen. Pour la marque Volkswagen, les modèles concernés par cette restriction pèsent pour 23 % de ses ventes totales outre-Atlantique.

À la bourse de Francfort, le titre du groupe allemand a en conséquence lourdement chuté ce lundi. À 14 h 30, il affichait une baisse de 19,25 % pour s’établir à 130,15 euros contre 161,17 euros à la clôture de la veille.

Voir aussi :

En partenariat avec le En partenariat avec CNPA
A la une
La quotidienne Auto-infos