Un Toyota C-HR toujours en conquête

Publié le par

Toyota rafraîchit son C-HR un peu plus de deux ans après son lancement. Sur un segment particulièrement concurrentiel, la marque confirme son parti pris stylistique tout en améliorant une voiture qui lui a apporté de nombreux nouveaux clients.

Un Toyota C-HR toujours en conquête

Le C-HR a marqué un virage dans le style et la mentalité de Toyota. Lancé en 2016, ce SUV du segment C a surpris par ses lignes affûtées et son profil inhabituel pour un crossover. Un choix surprenant pour Toyota mais impulsé par Akio Toyoda lui-même. Le président du constructeur japonais a entamé une petite révolution au sein de ses propres rangs depuis quelques années. Il a notamment encouragé ses équipes à introduire davantage de passion dans les nouveaux modèles. Un changement dont l’exemple le plus marquant reste le C-HR. Ce pari d’un style fort a payé pour la marque, puisque ce véhicule a séduit une nouvelle clientèle. Depuis son lancement, le C-HR affiche un taux de conquête de 68 %. Un succès qui s’est également traduit par 120 000 ventes en Europe en 2017, pour une part de marché de 10 % sur son segment. Une position qui s’est maintenue à 9 % en 2018 malgré un renforcement de la concurrence. Actuellement, près de 400 000 exemplaires arpentent les routes européennes. Au-delà de ce succès commercial, la motorisation hybride s’est tout de suite imposée dans le choix des clients, avec 78 % des ventes en 2017 et 87 % l’année dernière. Un plébiscite qui a poussé le groupe à élargir son offre hybride sur ce modèle.

Deux versions hybrides

L’arrivée d’une deuxième motorisation hybride constitue l’une des principales nouveautés de cette évolution. Toyota a conservé le style qui a fait le succès du modèle en l’affirmant. « Le design est le critère d’achat numéro 1 pour 43 % des clients du C-HR. Nous avons donc conservé la silhouette d’un coupé surélevé », confirme Takatomo Suzuki, ingénieur en chef du projet. « Nous avons souhaité conserver le concept de base en l’améliorant sur tous les points » poursuit-il. La firme a investi 50 millions d’euros pour cette mise à niveau, sur laquelle ont travaillé près de 200 personnes au sein de Toyota Motor Europe. L’un des points à améliorer concernait le dynamisme du véhicule. L’unique version hybride de 122 chevaux, fortement représentée dans les ventes, ne répondait pas aux attentes de tous les propriétaires. « Une partie de la clientèle du C-HR vient du premium et attend davantage de dynamisme », explique Ludovic Billiet, directeur marketing de Toyota France. Le nouveau moteur de 2 l accouplé au système hybride de quatrième génération donne un ensemble de 184 chevaux. Cette version devrait représenter 33 % des ventes en Europe mais 50 % sur le seul marché français selon le directeur marketing. Après avoir écoulé 20 000 unités dans l’Hexagone en 2018, la marque annonce un objectif de 18 000 exemplaires en 2020. Un léger recul qui s’explique par une certaine prudence quant au marché et au renforcement de la concurrence sur ce segment.

Cible client différente

Le C-HR reste un véhicule particulier sur son segment puisqu’il ne concurrence pas réellement les ténors de la catégorie. « Ce n’est pas un modèle volumique comme les Peugeot 3008 et Citroën C5 Aircross. Nous misons sur le design, pour des clients qui ne recherchent pas une grande capacité de chargement », remarque Ludovic Billiet. Parmi les acquéreurs de C-HR, figurent 30 à 35 % de sociétés. Les particuliers restent donc largement majoritaires. Près de 10 % viennent de marques allemandes ou premium. Les autres sont d’anciens propriétaires de Nissan Juke, de Qashqai et de modèles de marques françaises. Ces clients viennent aussi parfois du segment B-SUV mais ne veulent pas un grand volume.
Avec un prix d’attaque de 29 800 euros pour le 1,8 l en finition Dynamic et un tarif maximum de 38 800 euros pour le 2 l en finition Collection ou Première édition, le prix de vente moyen devrait se situer autour de 33 000 euros sur le marché français. Une moyenne légèrement supérieure à la première génération en raison de l’arrivée du moteur 2 l.

Voir aussi :

En partenariat avec le En partenariat avec CNPA
A la une
La quotidienne Auto-infos