Usine de Blanquefort : Ford rejette l’offre de reprise par Punch

Publié le par

Ford écarte l’idée d’un repreneur pour l’usine de Blanquefort, privilégiant sa fermeture. Bruno Le Maire s’en indigne.

Usine de Blanquefort : Ford rejette l'offre de reprise par Punch

Nouveau rebondissement. Alors que mardi 11 novembre, Bruno Le Maire, ministre de l’Économie et des Finances, a appelé le constructeur américain Ford à accepter le projet de reprise de son usine de Blanquefort (Gironde) par la société franco-belge Punch Powerglide. Ford a annoncé ce jeudi dans un communiqué que cette offre était écartée : « Ford Aquitaine Industries (FAI) a informé, ce jour, son comité d’entreprise avoir décidé de ne pas donner de suite favorable à la vente du site de FAI à l’acquéreur potentiel ». Elle ajoute avoir « présenté un plan social complet » pour un arrêt de la production du site prévu fin août 2019. 850 salariés sont menacés de perdre leur emploi, parmi lesquels Philippe Poutou, ancien candidat aux élections présidentielles.

En réponse à cette « trahison » selon les termes du ministre, ce dernier appelle Ford à « réviser sa décision et à accepter la reprise de Punch qui garantit l’avenir du site industriel de Blanquefort ». Afin de permettre la reprise de Blanquefort, Bruno Le Maire avait assuré, le 15 octobre dernier, que l’État et les collectivités territoriales seraient prêts à apporter une aide financière de cinq millions d’euros.

En partenariat avec le En partenariat avec CNPA
A la une
La quotidienne Auto-infos