Véhicule autonome : une majorité de Français pas encore convaincue

Publié le par

Véhicule autonome : une majorité de Français pas encore convaincue

Une étude Ipsos Global @dvisor, réalisée en ligne du 27 novembre au 8 décembre 2017 auprès de 21 549 personnes, met en avant une certaine frilosité des Français et des citoyens des pays occidentaux face à cette nouvelle technologie et son arrivée sur le marché. S’ils semblent s’accorder sur les avantages théoriques de la voiture autonome, ils expriment davantage de méfiance dans la pratique et tiennent à garder le contrôle.

La voiture autonome suscite aujourd’hui une certaine effervescence. Le 14 mai dernier, le gouvernement a annoncé que les véhicules autonomes arriveront sur les routes françaises en 2020. Alibaba a récemment annoncé se lancer à la conquête du marché de la voiture autonome, dans la lignée de Telsa, Uber, Renault ou encore Baidu.

Cette étude montre notamment que 51% des Français ne sont pas convaincus par les voitures autonomes mais trouvent l’idée intéressante. Le mode autonome est jugé comme rendant la conduite plus facile pour une courte majorité des Français (55 %). Il convient de préciser que la moyenne mondiale est de l’ordre de 69 %.

Le véhicule autonome peine à convaincre

Si dans dix ans, tous les véhicules particuliers sont équipés d’une technologie d’automatisation, 58 % des Français pensent qu’ils l’utiliseront pour se garer, mais seuls 43 % l’utiliseraient pour effectuer leurs trajets quotidiens domicile-travail. Seul un quart des Français (26 %) font confiance aux entreprises qui conçoivent et fabriquent les voitures autonomes pour réglementer leurs véhicules. Seuls 28 % des Français déclarent souhaiter devenir propriétaire d’un véhicule autonome contre 42 % sur le plan mondial. Enfin, 26 % des Français déclarent ne pas vouloir utiliser une voiture autonome (16 % au niveau mondial).

« Cela démontre un réel attachement à la conduite, qui reste un plaisir pour de nombreux Français, pas encore tout à fait prêts à y renoncer, commente Jean-Pierre Carnevale, expert automobile au sein du département quali d’Ipsos France. Mais qui aurait cru il y a dix ans qu’un quart des voitures neuves vendues en France seraient des automatiques ? La frilosité exprimée par les Français aujourd’hui n’exclut pas qu’ils se prennent peu à peu d’affection pour les véhicules autonomes au fur et à mesure que la technologie progresse et devient plus performante, d’autant que les véhicules autonomes et partagés pourront aussi faciliter le déplacement urbain dans les grandes métropoles » . Et d’ajouter : « Il est certain que nous allons connaître dans les années à venir une véritable disruption technologique dans le monde automobile. Cela va tout changer, et nécessiter une adaptation rapide, y compris des réglementations et lois en vigueur. Il va également falloir apprendre à vendre et valoriser cette technologie auprès de clients qui commencent à peine à découvrir les aides à la conduite qui sont bien souvent sous-utilisées ».

En partenariat avec le En partenariat avec CNPA
A la une
La quotidienne Auto-infos